Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
vendredi, 10 août 2018 19:13

ONU/L’ex-présidente du Chili nommée : Haut-Commissaire aux droits de l’homme

Écrit par Anis Remane 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’Assemblée générale des Nations unies a confirmé, hier vendredi, par un vote la nomination de l’ancienne présidente du Chili Michelle Bachelet à la tête du Haut-Commissariat aux droits de l’homme. Michelle Bachelet, 66 ans, doit remplacer le 1er septembre à ce poste le diplomate et prince jordanien Zeid Ra’ad Al Hussein, homme courageux et critique acerbe du président américain Donald Trump notamment.

La décision a été prise par consensus par l’Assemblée générale, qui est composée des 193 Etats membres de l’ONU.«Elle prend ce poste à une période ayant de graves conséquences sur les droits humains», a déclaré le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres à la presse, quelques minutes après la confirmation de cette nomination fortement applaudie, qui avait été annoncée mercredi dernier. En qualifiant le président américain de «dangereux», ou le Premier ministre hongrois Viktor Orban de «raciste», Zeid Ra’ad Al Hussein a souvent provoqué la controverse, perdant ainsi le soutien de plusieurs pays influents. 

Michelle Bachelet est la première femme élue deux fois présidente du Chili. Cette socialiste de 66 ans, qui a passé la main en mars au conservateur Sébastian Piñera, a récemment écarté tout retour en politique. «A présent, c’est le tour des autres», a-t-elle déclaré en lançant sa fondation. Mais son nom revenait avec insistance ces derniers temps pour prendre la suite de Zeid Ra’ad Al Hussein.

Après un premier mandat (2006-2010) achevé avec une popularité record, l’ex-présidente socialiste n’avait pu immédiatement se représenter, la Constitution interdisant d’exercer deux mandats consécutifs. Nommée directrice exécutive de l’ONU Femmes, elle avait alors quitté Santiago pour New York, où elle a pu nouer des contacts avec l’élite des dirigeants mondiaux et étoffer son bagage diplomatique. Coulant des jours heureux aux Nations unies, Michelle Bachelet avait à l’époque reconnu dans un entretien que «c’était un job en or» et qu’elle avait alors «beaucoup de raisons d’y rester». Nous y reviendrons.n

Laissez un commentaire