Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
lundi, 26 novembre 2018 06:00

Loi des finances 2019 en débat au Sénat : Tout en saluant les mesures sociales, les sénateurs appellent à sortir du tout hydrocarbures

Écrit par NADIA BELLIL
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre des Finances, Abderahmane Raouya, a présenté, hier, le projet de loi des finances pour 2019 devant les sénateurs. Intervenant lors d’une séance plénière du Conseil de la Nation

, le ministre des Finances a d’emblée fait observer que le prix référentiel du baril de pétrole est établi à 50 dollars dans le cadre de l’élaboration du Projet de loi de finances (PLF) 2019. Selon lui, il s’agit d’«une mesure prudente» et ce, compte tenu de «la fluctuation des cours du pétrole due à divers facteurs économiques et géopolitiques». «La fluctuation des cours du pétrole ne peut être prévisible à moyen et à court termes, et c’est dans cette optique que nous avons été prudents», fait observer le ministre. S’agissant du financement du Fonds de régulation des recettes (FRR), M. Raouya a précisé qu’il sera financé par «l’excédent des recettes fiscales résultant des cours des hydrocarbures par rapport au prix référentiel fixé dans le cadre de la loi de finances». Sur cette question précisément, il expliquera que «le Fonds sera systématiquement financé une fois le niveau fiscalité inscrit au budget atteint». L’excédent couvrira le déficit budgétaire avant de recourir au financement non conventionnel, a-t-il expliqué à cet égard. Le ministre n’a pas manqué à ce propos de préciser que le PLF 2019 ne prévoit «pas d’augmentation des impôts, mais des mesures qui renforcent le pouvoir d’achat des citoyens, ce qui renforcera le caractère social de l’Etat, garantira la stabilité sociale et renforcera la relation entre le citoyen et son Etat». Par ailleurs, le ministre des Finances a fait état d’une baisse de 10,9% du budget équipement pour l’exercice 2019 par rapport à 2018, en raison du non-renouvellement de la dotation d’appui exceptionnel d’une valeur de 900 milliards DA sur les opérations en capital. A ce sujet, le ministre a précisé que cette situation s’explique par le non-renouvellement de la dotation d’appui exceptionnel au titre du règlement des dettes de l’Etat pour une enveloppe de 400 milliards DA, et la contribution exceptionnelle au profit de la Caisse nationale des assurances sociales (Cnas) d’un montant de 500 milliards DA. L’intervention du ministre a fait suite aux débats qui ont été marqués par les interventions des sénateurs qui ont salué les mesures sociales contenues dans le texte de loi. C’est ainsi que des sénateurs du Rassemblement national démocratique (RND) saluent la « préservation du pouvoir d’achat par la loi des finances, notamment des personnes à faibles revenus sans pour autant s’opposer à l’intérêt suprême du pays». Le PLF a fait ressortir la «cohérence du plan d’action du gouvernement inspiré du programme du président de la République d’accorder un intérêt particulier au secteur de l’habitat», ont-ils estimé. Côté Front de libération nationale (FLN), les sénateurs ont appelé à la nécessité d’étudier méticuleusement la question des subventions sociales afin de destiner les transferts sociaux aux vrais nécessiteux, réitérant ainsi leur soutien absolu au président de la République et au gouvernement. «Le PLF 2019 n’est qu’une copie conforme du PLF 2018» a soutenu un sénateur FLN, ajoutant que «ce texte n’a apporté aucune nouveauté en matière de diversification de l’économie hors hydrocarbures et le développement des secteurs névralgiques, à l’instar des énergies renouvelables et du tourisme». Justement sur cette question de la diversification de l’économie, plusieurs sénateurs ont interpellé le gouvernement sur l’impératif de «sortir de la dépendance aux hydrocarbures et de fournir l’effort de diversifier l’économie nationale».

 

Laissez un commentaire