Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière NAPEC 2019

jeudi, 20 décembre 2018 06:00

Redouane Kouider-Aïssa, président de l’Association nationale des diplômés en planification et statistique : «Il ne faut pas jeter la pierre à l’ONS»

Écrit par Farid Mellal
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Reporters : C’est quoi exactement l’Andps ?

Redouane Kouider-Aïssa : L’Association nationale des diplômés en planification et statistique (Andps) est une association nationale à but non lucratif, créée par les anciens élèves en planification et statistique. Elle a été agréée par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales le 21 mai 2017 sous le numéro 14/2017. Cette association œuvre au développement et au rayonnement de la statistique en Algérie. La création de cette association a été un parcours du combattant qui a éclos en 2013. Il fallait, juste pour l’exemple, réunir une quinzaine de membres fondateurs répartis à travers 15 wilayas et la présence d’un huissier de justice. Cet acte fondateur ne s’est pas arrêté là. Il nous a fallu près d’une année pour accomplir les démarches administratives. Maintenant, nous activons normalement selon la règlementation en vigueur.

Ce colloque organisé à l’Ecole nationale supérieure de statistique et d’économie appliquée (Enssea) est-il le premier du genre ?

Non, nous avons déjà organisé plusieurs évènements. Celui d’aujourd’hui est le plus grand et le plus important, parce qu’il réunit une centaine de personnes venues d’horizons divers. Nous avons organisé des conférences à l’intention des étudiants et étudiantes de l’Enssea avec des professionnels des statistiques. Nous organisons également des rencontres entre les membres et les adhérents de l’association autour de thématiques et de questions liées à l’actualité économique.

La statistique, revenons-y. L’opinion publique ne se fie pas trop aux statistiques officielles. Est-ce un jugement avéré ?

C’est vrai, en règle générale, on dit que la statistique c’est l’art de maquiller des situations. Les statistiques en Algérie, comme dans le reste du monde, sont faites par des professionnels, par des organismes nationaux. En Algérie, c’est l’Office national des statistiques (ONS), un organisme placé sous la tutelle du ministère des Finances, qui œuvre à fournir des statistiques conformes aux normes internationales, tout à fait officielles, et qui couvrent l’essentiel de l’actualité économique. Nous avons certes un secteur informel important, qui sous-entend qu’il est difficile à cerner, difficile à identifier.
Il ne faut pas jeter la pierre à l’ONS. Je considère que l’ONS fait du bon travail depuis très longtemps, réalise des enquêtes, continue à produire de la statistique. Maintenant, il est vrai que l’organisme supra c’est le Conseil national de la statistique, placé sous la tutelle du Premier ministère et qui donne les orientations et la politique générale en matière de statistique.

Le ministère de la Planification, puis le Secrétariat à la Prospective ont été élagués du Gouvernement. Votre avis ?

C’est la décision des pouvoirs publics d’avoir supprimé le ministère de la Planification puis celui de la Prospective. Dans beaucoup de pays, il n’y a pas de ministère ou de secrétariat à ce propos. En France, par exemple, il existe l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), rattaché au ministère de l’Economie et des Finances. Cet institut est une autorité dans son pays en matière de production, d’analyses et de statistiques. Est-ce qu’il est nécessaire d’avoir un ministère ? Je ne sais pas. En fait, l’essentiel c’est d’avoir un outil de production de statistiques fiables, un outil de collecte, de traitement, d’analyses et de diffusion de la statistique.

Laissez un commentaire