Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 14 juin 2018 06:00

Hydrocarbures : Sonatrach veut jouer dans la cour des grands

Écrit par Farid Messaoud
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Ambitieux et exigeant, le président directeur général de Sonatrach, Abdelmoumène Ould Kaddour veut faire jouer à l’entreprise un rôle actif et dynamique dans l’industrie des hydrocarbures. Son objectif à moyen terme est que l’entreprise qu’il dirige figure dans le top cinq des meilleures compagnies pétrolières au monde.


Au cours des dernières décennies, on constate une montée en puissance du poids des compagnies pétrolières nationales comme Sonatrach, Sangol (Angola), Cnoc (Libye)…. Et, dans cette dynamique, la Sonatrach affiche son ambition de passer d’une dimension nationale à une dimension internationale avec des activités dans plusieurs pays.
Ainsi, la compagnie compte passer à l’échelle multinationale en perdant son caractère strictement national. De la sorte, elle veut se frotter à la compétition internationale et se mesurer à des multinationales, un pari difficile à tenir, sachant que le classement des plus grandes entreprises pétrolières au monde est basé sur, entre autres, les volumes combinés de pétrole et de gaz naturel qu’elles produisent chaque jour. Et sur la base de ce critère, c’est Saudi Aramco (12,5 millions de barils par jour) qui prend la tête du classement. Saudi Aramco est de loin la plus grande entreprise de l’énergie dans le monde, générant plus de 1 milliard de dollars par jour en revenus.
Plus grand champ d’Aramco, Ghawar, peut produire 5 millions de barils par jour. Elle est suivie de Gazprom : 9,7 millions de barils par jour. Gazprom de la Russie est le plus grand producteur mondial de gaz naturel. Les bénéfices de Gazprom sont plus de 40 milliards de dollars par an. National Iranian Oil Co (6,4 millions de barils par jour) occupe la troisième position. L’Iran a été contraint de réduire la production de pétrole en raison des sanctions internationales, mais il reste un gros producteur de pétrole et de gaz. Le géant américain ExxonMobil (5,3 millions de barils par jour) prend la 4e place. Il dégage 40 milliards de dollars de bénéfices annuels. PetroChina (4,4 millions de barils par jour) occupe la 5e position.
La compétition est ainsi serrée. Mais, Ould Kaddour semble très déterminé à se faire une place à l’échelle mondiale. Et il le fait savoir. S’exprimant hier lors de la présentation de la stratégie de la Sonatrach à l’horizon 2030 (SH 2030), au siège de l’activité Aval à Oran, il a en effet indiqué que Sonatrach s’est fixé l’objectif de figurer à l’avenir et à travers sa stratégie, parmi les cinq meilleures entreprises pétrolières au monde, soutenant que cela n’est pas une chose impossible et c’est certainement réalisable. Le responsable du groupe qui s’est étalé sur les points focaux de la nouvelle stratégie de Sonatrach, n’a pas manqué de souligner l’adhésion de tout le personnel de la compagnie, qualifié, motivé et engagé à ce projet « SH 2030 », relevant, à ce titre, l’importance d’aller vers les régions pour expliquer les objectifs de la stratégie à court, à moyen et à long termes. A Oran, la présentation de la stratégie s’est focalisée sur les aspects de développement en relation avec l’activité Aval, tandis que les présentations précédentes ont porté sur la vocation et la spécificité de chaque région, comme Hassi Messaoud, Skikda et Hassi R’mel. « Nous tablons sur l’excellence.
Nous estimons que cette perspective est faisable et jouable, car nous avons bien étudié tous les critères qu’il faut et quels sont les points à développer. Nous comptons aussi sur la capitalisation de toutes nos potentialités, humaines, notamment à travers le travail en commun et sur le capital expérience de Sonatrach, a-t-il argumenté. Ould Kaddour a précisé que la stratégie est nationale et internationale à la fois. Nous sommes en train d’expliquer, dit-il, cette stratégie à l’internationale et de discuter avec nos partenaires, avec qui nous voulons travailler davantage et créer de nouvelles opportunités de business et de la valeur ajoutée pour notre pays. Il a par ailleurs promis de présenter les aspects financiers de la «SH 2030», lors d’une prochaine rencontre.

 

Laissez un commentaire