Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

mardi, 03 juillet 2018 06:00

Amériques / Elections : La gauche prend le pouvoir au Mexique

Écrit par Anis Remane
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Mexique passe pour la première fois à gauche. Ses électeurs ont poussé vers le pouvoir un de ses grands représentants, Andrés Manuel Lopez Obrador dit «AMLO», chef du Mouvement Régénération nationale (Movimiento Renegacion Nacional, Morena), au terme d’une campagne sanglante durant laquelle des personnalités politiques ont été assassinées et dans un contexte où le pays connaît une crise économique, sociale et morale sans précédent.

Au moins 145 assassinats d’hommes politiques - dont 48 candidats ou pré-candidats -, selon le cabinet d’études Etellekt. Dimanche dernier, au moins deux militants ont été abattus, une militante du Parti des Travailleurs (PT, opposition) dans l’Etat du Michoacan (ouest), et un autre du PRI, dans l’Etat de Puebla (centre). Depuis 2006, année durant laquelle le pays a lancé la guerre contre le narcotrafic avec l’aide de l’armée, plus de 200 000 personnes ont été tuées dans le pays. Le nouveau président qui prendra ses fonctions en décembre prochain et dont la campagne a porté essentiellement sur la lutte contre la corruption, aura donc de sérieux défis à relever. Il a promis de chasser la «mafia du pouvoir» incarnée par l’impopulaire président Enrique Peña Nieto. «Je suis très conscient de ma responsabilité historique (...) Je veux passer à l’histoire comme un bon président», a-t-il assuré devant une foule de plusieurs milliers de sympathisants réunis sur la place du Zocalo, dans le centre de Mexico. «Je ne vous décevrai pas!», leur a promis celui qui a été élu après trois tentatives de briguer la magistrature suprême. Le score qu’il a obtenu, plus de 53% des voix, selon les estimations officielles, lui donnerait des marges de manœuvre importantes. Avec ses alliés, il obtiendrait la majorité à l’Assemblée, avec au moins 250 sièges de députés.
Plus de 18 000 mandats, dont 128 sénateurs, étaient également en jeu. La gauche obtient également un succès régional sans précédent au moins six postes de gouverneurs sur les neuf en jeu, avec son parti, le Mouvement de régénération nationale (Morena). Pour la première fois, une femme, Claudia Sheinbaum, scientifique de 56 ans, dirigera la capitale et ses plus de 20 millions d’habitants. Il s’agit d’un «ouragan national», commentait sur la chaîne Televisa le politologue Jesus Silva Herzog Marquez, repris par les agences de presse.
Lopez Obrador aura su capitaliser sur l’exaspération d’une grande partie des Mexicains et se présenter en candidat des plus modestes. Il devra devra tenir sa promesse de «remettre à sa place» le président Trump, qui a menacé de rompre l’Aléna et estimé que le Mexique «ne fait rien» contre l’immigration clandestine venue d’Amérique centrale. Le président américain Donald Trump l’a d’ailleurs félicité et s’est dit «prêt à travailler» avec lui.
«Il y a beaucoup à faire pour le bien à la fois des Etats-Unis et du Mexique!», a tweeté Trump, dont la politique commerciale et sur l’immigration a plongé les relations avec son voisin mexicain au plus bas de leur histoire. Lopez Obrador lui a répondu qu’il souhaitait une relation d’ «amitié et de coopération» avec les Etats-Unis, après avoir promis au pays «des changements profonds» et «sans dictature». Autre partenaire important, le Canada a également rapidement félicité le vainqueur. Le Premier ministre Justin a notamment appelé à une relance rapide de l’Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), qualifié de «désastre» par M. Trump.
Derrière, Andrés Lopez Obrador, le jeune conservateur Ricardo Anaya est arrivé en deuxième position, avec environ 22 % des suffrages, et José Antonio Meade, du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), au pouvoir, est relégué en troisième position avec environ 16 %. Les deux candidats tous les deux reconnu leurs défaites.

Laissez un commentaire