Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
vendredi, 10 août 2018 19:41

Territoires palestiniens : Après les raids israéliens, jeudi, calme précaire à Gaza

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Jeudi dernier, l’aviation israélienne a mené plusieurs raids sur l’enclave palestinienne de Gaza. Plus de 150 sites militaires du Hamas ont été ciblés, selon les agences de presse. Sous ses bombardements, trois Palestinien, dont une femme enceinte de 23 ans et sa fille de 18 mois, ont été tués. Selon les observateurs, l’enclave palestinienne et ses pourtours israéliens ont connu entre mercredi et jeudi « l’une des plus graves confrontations depuis 2014. L’aviation israélienne a pilonné des sites du Hamas après le tir de plus de 180 roquettes vers Israël. Ces raids israéliens ont été marqués notamment par la destruction d’un immeuble de cinq étages, jeudi après-midi, dans le centre de la ville de Gaza. Celui-ci abritait les activités militaires des forces de sécurité intérieures du Hamas, a assuré l’armée israélienne. Un « mensonge » servant à couvrir une frappe contre un centre culturel et les locaux de la communauté égyptienne, a répliqué un porte-parole du Hamas à l’AFP. Hier, un calme précaire était revenu dans la bande de Gaza alors que l’ONU et l’Egypte oeuvrent discrètement à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas qui tente de lutter contre le blocus imposé par Israël. Selon une « source proche des négociations » citée hier par l’AFP, les deux parties, qui n’ont pas confirmé officiellement l’information, ont accepté, jeudi dernier, dans la soirée ce cessez-le-feu lors de discussions indirectes. Depuis le 30 mars dernier, date du début des manifestations pour le « droit au retour », au moins 165 Gazaouis ont été tués par des tirs israéliens. Un soldat israélien a été tué le 20 juillet pour la première fois depuis 2014. Un porte-parole du Hamas, Hassem Qassem, a assuré que ces protestations continueraient, « malgré les agressions » israéliennes et jusqu’à la levée du blocus.

Laissez un commentaire