Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
vendredi, 10 août 2018 19:47

Une trentaine d’enfants tués dans un bombardement de la coalition : Yémen, la bavure de trop Spécial

Écrit par Adlène Badis
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La ville de Haydan près de Saada au Yémen a été le théâtre jeudi d’un carnage qui rappelle au monde le caractère horrible de cette guerre absurde toujours en cours. Un bombardement de la coalition menée par l’Arabie saoudite a provoqué la mort de 29 enfants dans un bus, une tuerie qui doit faire l’objet d’une enquête « indépendante et rapide » a réclamé l’ONU. Même les Etats-Unis allié de l’Arabie Saoudite ont exprimé leur préoccupation.

Les enfants de moins de 15 ans ont péri dans une attaque contre leur bus sur un marché très fréquenté de Haydan, dans une zone du nord du Yémen contrôlée par les Houthis, selon le Comité international de la Croix-Rouge (Cicr). La coalition militaire conduite par l’Arabie saoudite qui intervient depuis 2015 au Yémen a admis avoir mené des bombardements dans la zone arguant viser un bus transportant des « combattants Houthis ». Face au bilan très lourd, les Etats-Unis et l’ONU ont réclamé une enquête et le Conseil de sécurité s’est réuni. « Nous sommes très préoccupés par les informations (...) sur une attaque ayant causé la mort de civils », a déclaré la porte-parole du département d’Etat américain Heather Nauert. « Nous appelons la coalition dirigée par l’Arabie saoudite à mener une enquête approfondie et transparente sur cet incident », a-t-elle ajouté.

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a de son côté appelé à une « enquête rapide et indépendante ». La coalition sous commandement saoudien intervient au Yémen soupçonné d’être sous influence de l’Iran au travers des Houthis. L’Iran est devenu l’ennemi numéro un de l’Arabie saoudite et des pays du Golfe. Riyad tente même d’imposer de son influence une posture anti-iranienne dans le monde arabe. La coalition menée par les Saoudiens soutient avoir mené une opération militaire « légitime » dans une zone considérée comme ennemi. Le bombardement visait « des éléments qui ont (...) tiré un missile contre la ville (saoudienne) de Jizane, faisant un mort et des blessés parmi les civils » soutient la coalition pour se justifier. Ce n’est pas la première bavure de la coalition. Il y a une semaine, cette dernière avait nié avoir lancé des attaques qui ont fait, selon le Cicr, 55 morts et 170 blessés à Hodeida, dans l’ouest du Yémen.

Cette ville stratégique est contrôlée par les Houthis fait l’objet d’un périlleux bras de fer. La coalition sous commandement saoudien a commis plusieurs tueries contre des civils. Elle a admis sa responsabilité dans certains raids mais elle accuse régulièrement les Houthis de se mêler aux civils ou de les utiliser comme boucliers humains. Un argument encore réitéré jeudi par cette alliance militaire saoudienne.

Un silence consternant

Les Houthis sont accusés par les Saoudiens d’être soutenus par l’Iran mais Téhéran conteste leur fournir un appui militaire. « De nouveau, de nombreux enfants auraient été tués ou blessés lorsqu’un bus scolaire a été attaqué dans le nord du Yémen. (...) Est-ce que le monde a vraiment besoin de voir davantage d’enfants innocents tués pour arrêter la guerre cruelle au Yémen? », a soutenu pour sa part le directeur du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) pour le Moyen-Orient, Geert Cappelaere. « Les civils continuent de payer le prix le plus élevé après trois ans de guerre au Yémen », a déploré l’ONG Médecins sans frontières. La guerre dans ce pays très pauvre de la péninsule arabique a fait plus de 10 000 morts depuis le lancement de l’intervention militaire de la coalition en mars 2015 et provoqué « la pire crise humanitaire » au monde, selon l’ONU. La guerre au Yémen qui fait des milliers de morts et des dégâts incommensurables dans l’un des pays les plus pauvres de la planète ne semble pas susciter la désapprobation de ce que l’on appelle la « communauté internationale » qui plus que jamais fait dans la sélectivité. Les images de désastre et des corps déchiquetés sous les bombardements des avions saoudiens, émiratis et ceux de leurs alliés dans cette compagne, semble ne pas suffire pour provoquer une réunion d’urgence du Conseil de sécurité et une décision international de mettre le holà à la guerre destructrice.

L’Arabie saoudite qui mène cette guerre avait en 2015 tablé sur quelques mois se retrouve embourbé dans une situation plus dramatique que celle d’avant. Les puissances qui d’habitude se considèrent comme les garants de la légalité internationale semblent comme gênées par cette guerre destructrice. Dès qu’il s’agit de l’Arabie saoudite à la force de frappe financière considérable ces Etats expriment un silence particulièrement pesant notamment       

L’Algérie pour un règlement pacifique

L’Algérie a de son côté formé le vœu par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangère, Abdelaziz Benali Cherif, que la prochaine réunion sur le Yémen, prévue à Genève le 6 septembre puisse inaugurer une nouvelle ère de paix et de stabilité dans ce pays en désastre. Rappelant « les positions constantes de l’Algérie qui n’a de cesse œuvré en faveur d’un règlement pacifique par le dialogue et la négociation de la crise au Yémen et son soutien aux efforts menés par l’ONU, à travers l’Envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU », le porte-parole des AE a estimé que cette guerre « n’a que trop duré et a exprimé son regret et sa consternation devant la perte de nombreuses vies humaines, notamment parmi les civils innocents et spécialement les femmes et les enfants ».

L’Algérie qui avait refusé en 2015 de faire partie de cette coalition sous commandement saoudien dans cette guerre du Yémen, contrairement à beaucoup de pays arabes, aura finalement eu raison. La guerre du Yémen est finalement devenue un véritable désastre humain et géopolitique dans lequel est enlisée une coalition de pays arabes qui ne sait désormais pas comment en sortir.

Laissez un commentaire