Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 06 juin 2018 06:00

Béjaïa / Incident entre le P/APW et la police de l’aéroport Soummam-Abane-Ramdane : Les deux parties saisissent la justice

Écrit par CHAFIK AÏT M’BAREK
Évaluer cet élément
(0 Votes)
L’affaire relative à l’incident du samedi 26 mai dernier, où le président de l’Assemblée populaire de la wilaya de Béjaïa, Mehenni Haddadou, aurait été malmené par des éléments de la Police des frontières (PAF) postés à l’entrée de l’aéroport Soummam-Abane-Ramdane, a fini par arriver devant la justice.
En effet, chacune des deux parties a décidé de porter plainte devant la justice après un échange mutuel d’accusations, notamment à travers les réseaux sociaux.
Selon une source sécuritaire, les éléments de la PAF incriminés ont été les premiers à déposer plainte contre le P/APW, au niveau du chef de la sûreté de wilaya de Béjaïa, pour «outrage à corps constitué dans l’exercice de ses fonctions».
On a appris, également, que M. Haddadou aurait été déjà convoqué et auditionné par les services de la police judiciaire, lesquels auraient transmis le dossier au parquet de Béjaïa.
Suite à quoi, le président de l’APW a décidé, de son côté, de porter l’affaire devant la justice en déposant une plainte au niveau du parquet de la ville des Hammadites, à l’encontre des mêmes agents de la PAF de l’aéroport Soummam. Ces derniers sont poursuivis par M. Haddadou pour le chef d’inculpation d’«agression et humiliation contre sa personne».
Pour rappel, le P/APW de Béjaïa se dit avoir été «malmené» par des éléments de la PAF, dans l’après-midi du samedi 26 mai, alors qu’il se dirigeait vers l’aéroport Abane-Ramdane pour récupérer ses bagages égarés lors de son dernier retour d’un voyage à l’étranger. Selon lui, les policiers en question ont poussé le zèle jusqu’à l’agresser et l’humilier publiquement. Ce qui l’a poussé à abandonner son véhicule de service sur les lieux pour prendre un bus de transport public de voyageurs. Néanmoins, d’autres éléments de la sûreté de wilaya ont poursuivi
M. Haddadou pour le faire descendre de l’autobus et lui remettre les clés de sa voiture de service. Ce dernier refuse, toutefois, de récupérer son véhicule qui était stationné dans l’enceinte de l’aéroport de Béjaïa.
Le comble est que ce qui aurait pu être un simple incident a, malheureusement, vite pris l’allure d’un scandale, puisque le P/APW de Béjaïa n’a pas hésité à engager un bras de fer avec les autorités de la wilaya, en dénonçant haut et fort ce qu’il qualifie de «violence policière» prenant pour cible les élus locaux. D’ailleurs, la session extraordinaire de l’APW, prévue le 30 mai dernier et qui devait être consacrée à la préparation de la saison estivale 2018, a été reportée à une date ultérieure par les quatre groupes d’élus à ladite assemblée.
En revanche, les 43 membres de l’APW ont unanimement adopté une résolution condamnant et dénonçant «ces attitudes mesquines qui n’honorent guère ni l’institution de la police, ni les institutions élues».
L’APW exige dans sa résolution «la prise des mesures administratives et judiciaires à l’encontre des agents responsables et interpelle le wali pour sa mise en œuvre dans le cadre des lois de la République». Tout comme elle interpelle le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire à l’effet de «diligenter des commissions d’enquête pour faire toute la lumière sur ces dépassements gravissimes et s’enquérir des blocages délibérés qui entravent lourdement le fonctionnement de l’APW et le développement de notre wilaya». Notons que la résolution de l’APW de Béjaïa n’a pas manqué de susciter la désapprobation du président de la commission transitoire de la Mouhafadha FLN de Béjaïa, Abdelhamid Merouani, qui a déjà adressé un rapport au secrétaire général de son parti, pour se démarquer du soutien apporté par trois de ses élus au président de l’APW.
«Nous avons le regret de vous informer que trois élus APW issus de notre formation politique, MM. Belhocine Hamid, Meloui Zoubir et Idir Ayache, en l’occurrence, ont voté en faveur d’une résolution du groupe FFS à l’APW de Béjaïa. Cette résolution qui s’inscrit dans la ligne du MAK et contre l’ordre public, et ce, malgré nos avertissements et nos orientations (…)», écrit le responsable de la mouhafadha FLN de Béjaïa dans sa correspondance adressée à Djamel Ould Abbès.
Il faut dire que tout ce brouhaha politique laisse présager de nouvelles dissensions au sein de l’ex-parti unique, ce qui risque de se répercuter négativement sur le fonctionnement de l’APW.

Laissez un commentaire