Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 03 juillet 2018 06:00

Symbole de la présence musulmane en Andalousie : La « Médina Azahara » reconnue patrimoine mondial de l’Unesco

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Réunie depuis le 24 juin dernier à Bahreïn, la 42e session du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco a porté, dimanche dernier au deuxième jour des délibérations, six nouveaux sites naturels et historiques au rang de «Patrimoine mondial de l’humanité ».

Parmi eux, la « Médina Azahara », l’un des plus célèbres symboles de la présence musulmane en Andalousie. Ce site s’ajoute ainsi à trois autres sites de la même civilisation déjà reconnues par l’Unesco, l’Alhambra de Grenade, la mosquée de Cordoue et l’Alcazar de Séville.
En effet, proposé à la réunion de 2018 du Comité du patrimoine mondial parmi une trentaine de sites, le choix de la «Médina Azahara» a été expliqué par un communiqué de l’Unesco, où il est précisé que la ville califale, un site archéologique témoignant de la présence d’une ville édifiée au milieu du Xe siècle par la dynastie des Omeyyades comme siège du califat de Cordoue, apportait « une connaissance approfondie de la civilisation islamique occidentale d’Al-Andalus au sommet de sa splendeur ».
La cité, qui avait été oubliée pendant près de mille ans, jusqu’à sa redécouverte au début du XXe siècle, figurait pour rappel sur la liste du patrimoine national espagnol. La «Médina Azahara», dont la construction a débuté sept ans après que l’émir Abd al-Rahman III s’autoproclama calife, en 929, réunissant ainsi, selon les spécialistes de l’Unesco, un ensemble urbain complet, comprenant des infrastructures telles que des routes, ponts ou systèmes hydrauliques, des bâtiments, des éléments de décoration et encore des objets du quotidien. Site, passé par ailleurs par plusieurs étapes historiques, la mosquée de la cité, mise à sac durant la guerre civile qui mit fin au califat (entre les années 1009-1010), avait notamment été transformée en cathédrale après la reconquête de la ville par les rois catholiques au XIIIe siècle. La 42e session du Comité du patrimoine mondial se poursuit encore jusqu’au 4 juillet prochain. Les débats de la journée de dimanche dernier ont également été l’occasion pour les 21 membres élus du comité d’inscrire la cité industrielle Olivetti, de la ville italienne d’Ivrea, en expliquant que le site «conçu par des urbanistes et des architectes italiens de premier plan, essentiellement entre les années 1930 et les années 1960 (…) reflète les idées du Mouvement communautaire (Movimento Comunità). Projet social exemplaire, Ivrée exprime une vision moderne de la relation entre la production manufacturière et l’architecture ». Les autres sites naturels et historiques classés durant la même journée étant notamment, la cathédrale de Naumburg (Allemagne), le paysage Pimachiowin Aki (Canada), ou le Parc national de Chiribiquete (Colombie) mais aussi l’énigmatique Göbekli Tepe (Turquie), considéré, avec ses structures mégalithiques monumentales de forme circulaire et rectangulaire comme l’un des plus anciens témoignages de la civilisation humaine de la Haute-Mésopotamie, « érigés par des groupes de chasseurs-cueilleurs du Néolithique précéramique entre 9600 et 8200 avant notre ère ».

Laissez un commentaire