Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

jeudi, 05 juillet 2018 06:00

FESTIVAL NATIONAL DE LA MUSIQUE DIWANE DE BÉCHAR : Des spectacles, des couleurs et des talents

Écrit par Sara Kharfi
Évaluer cet élément
(1 Vote)

La deuxième soirée de la 11ème édition du Festival culturel national de la musique diwane, qui se tient jusqu’au 5 juillet au complexe du 18-Février de Béchar, a été marqué par l’entrée en lice de trois formations s’illustrant dans le genre.

La première, Sidi Blal de Mascara est une troupe bien connue à Béchar, ayant participé à plusieurs éditions du Festival et ayant même décroché la première place à deux reprises. Offrant un spectacle haut en couleur et ne s’étant pas laissée intimider par un petit problème technique survenu lors de la prestation, la troupe a, comme à chaque fois, transformé le rituel de la transe en danses chorégraphiques parfaitement exécutées, et a interprété, sous la direction du maâlem Belarbi Blal, quelques bradj du diwane dans le style «Baladi ou beldi» (typiquement algérien), notamment «Rima», «Gnawa zourou Nabina», «Ali» et «Balma». Rencontré à l’issue de la prestation, Faradji Ben Omar, membre de l’association culturelle et folklorique Sidi Blal de Mascara nous a expliqué que son association remonte aux années 1960 et que son existence officielle remonte à 1999. «Nous avons une grande expérience dans les festivals, puisque nous avons pris part à des manifestations locales, nationales et internationales». Et de rappeler : «Nous avons eu la première place au Festival arabo-africain de Tizi Ouzou, et à Béchar, nous avons décroché par deux fois la première place». Abordant leur spécificité, notre interlocuteur a souligné que «nous sommes connus pour associer la danse au chant. C’est un peu notre marque de fabrique, nous insistons toujours pour que le spectacle musical soit accompagné par la danse. Par contre, dans le diwane, notre spécificité c’est Migzawa». Pour rappel, Migzawa est un des rituels pratiqué dans la waâda dans certaines régions, notamment à Mascara, Mostaganem et Saïda. Le jury, composé cette année des musiciens Djaâtout Slimane et Tabouche Abdelmalek et du maâlem Hakem Abdellaoui, a eu à juger la prestation de Fares Fen Diwane d’Oran, qui a interprété les titres «Zid Lyoum», «Baba Hamou», «Bania» et «Moulay Brahim». La formation oranaise qui n’a pas démérité a cédé la scène au groupe Noudjoum Saoura de Béchar, qui s’est classé deuxième dans les présélections organisées le mois dernier à Béchar. Mené par un jeune maâlem pétri de talent, Noudjoum Saoura a repris les bradj «Ali», «Sergou» (le troisième. Il en existe trois en Algérie), «Bouderbala» et «Mbara». Le maâlem de la formation, Abdallah Belalem nous expliquera, à l’issue de sa prestation, que son groupe a été créé cette année. Et de revenir sur son parcours en indiquant : «J’avais toujours envie d’apprendre le diwane, et ce, depuis mon jeune âge. Je faisais partie d’un groupe de tbel mais j’assistais aux diwane et lilas qui étaient organisés et je suivais les maâlem Hakem et Belalem de Béchar, puis j’ai fabriqué un guembri –d’ailleurs c’est moi qui ai fabriqué le guembri avec lequel j’ai joué ce soir– et j’ai commencé à apprendre tout seul au départ. Puis j’ai été aidé par la suite, notamment par maâlem Hakem». Le public, beaucoup plus nombreux que la veille, a eu à apprécier les prestations de deux groupes en hors compétition. D’abord, le groupe Dimastand de Béchar, dont l’influence principale est le reggae (mêlée à d’autres sonorités d’ici et d’ailleurs), a offert une belle prestation, alliant musique festive et textes aux accents revendicatifs. Ils interpréteront également comme un clin d’œil au festival, le titre «Dawi», qui est un bordj diwane. Une bouffée d’air frais ! Sur la même lancée, le groupe Saharienne a largement séduit le public présent en interprétant un répertoire Gnaoua marocain, et en reprenant notamment «Hamdouchia» et «Aïcha Kandicha». Par ailleurs, prenant fin ce soir, le Festival proposera pour sa dernière soirée, et outre l’annonce du palmarès, un concert du groupe Ouled El Hadja Maghnia.

Laissez un commentaire