Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
vendredi, 10 août 2018 19:32

Patrimoine mondial : Volées en 2003, des pièces du patrimoine irakien de retour à Bagdad

Écrit par Rédaction culturelle
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pièces du patrimoine irakien, disparues en 2003 dans le contexte de la guerre et des pillages qui s’ensuivirent, huit objets pillés par des réseaux internationaux, saisis par les autorités britanniques en mai de la même année chez un vendeur de la capitale anglaise, devraient bientôt être restitués à l’Irak après avoir été identifiés par des experts du British Museum, a fait savoir jeudi l’institution cité par l’agence AFP. 

Ces huit objets auraient été formellement remis, hier, à l’ambassade d’Irak au Royaume-Uni, pour être ensuite acheminés au musée de Bagdad. L’ambassadeur d’Irak, Salih Husain Ali, a remercié le British Museum pour ses «exceptionnels efforts d’identification et de retour des antiquités pillées en Irak». Ajoutant qu’une telle «collaboration entre l’Irak et le Royaume-Uni est vitale pour la préservation et la protection du patrimoine irakien». Les objets, remontant pour certains à près de 5000 ans, avaient été rapidement confiés par la police londonienne aux experts du British Museum. Les responsables de l’institution ont ainsi fait savoir que l’identification de la provenance de ces huit objets, dont de petites cornes rituelles en terre cuite, a été facilitée par les recherches de terrain menées en parallèle par des équipes du Musée sur le site même où les objets ont été volés, à Tello (ancienne ville sumérienne de Girsu), dans le sud de l’Irak. Evoquant en ce sens une «coïncidence incroyable», le conservateur et directeur de fouilles sur le site de Tello a précisé : «Ce qui est exceptionnel, c’est qu’au moment où la police envoyait ces objets au British Museum pour les identifier, on était en train de fouiller le temple d’où ils avaient été prélevés.». Les archéologues présents sur place ayant ainsi récupéré, à la même époque, des objets jetés par les pilleurs, qui s’étaient débarrassés de cônes cassés ou abîmés, avec les mêmes inscriptions, avaient également retrouvé dans les murs du temple des cônes identiques à ceux trouvés à Londres. « Nous aurions pu deviner que ces objets venaient du sud de l’Irak, mais les lier à ce site particulier, et même à des trous particuliers, c’est extrêmement rare.» Quant aux objets, il s’agit notamment, en plus des trois cônes en terre cuite qui portaient des inscriptions cunéiformes indiquant le nom du roi qui les avait fait faire et celui du dieu auquel ils étaient dédiés, en l’occurrence le roi Gudea pour la divinité Ningirsu, des «clous commémoratifs», qui étaient généralement placés dans les murs des temples, d’une petite amulette en marbre blanc, représentant un taureau et datant du début du troisième millénaire avant notre ère, un sceau en marbre rouge de la même époque, qui se portait en amulette, ainsi qu’un galet de rivière poli, sur lequel figure le début d’une écriture cunéiforme.

Laissez un commentaire