Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
lundi, 12 février 2018 06:00

Sahara occidental : Horst Köhler en terrain miné au Maroc

Écrit par Lyes Sakhi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Selon les médias marocains, l’envoyé spécial du Secrétaire général de l’Onu au Sahara occidental est attendu dans le courant de cette semaine à Rabat. Horst Köhler devrait s’y rendre sur invitation du roi Mohamed VI et s’entretenir avec les responsables marocains dans un climat qui n’est pas au mieux entre lui et le Maroc.

Récemment, une délégation marocaine devait se rendre à Berlin à l’invitation du médiateur onusien qui avait reçu le 25 janvier dernier une délégation sahraouie de la RASD conduite par Brahim Ghali pour un «échange d’informations et de points de vue». Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre des concertations que le nouvel émissaire de l’ONU compte initier séparément avec les parties au conflit, selon la résolution 2351, adoptée en avril 2017 par le Conseil de sécurité des Nations-Unies. A la dernière minute, la délégation marocaine a cependant refusé de se rendre dans la capitale allemande. D’après de bonnes sources, Rabat n’a pas apprécié que le médiateur onusien intègre l’Union africaine dans le processus de recherche d’une solution au conflit. M. Köhler s’est en effet réuni le 12 janvier dernier successivement avec le commissaire de l’Union Africaine à la paix et la sécurité, l’Algérien Ismaïl Chergui, le président de l’UA, Paul Kagamé et le président de la commission de l’UA, Moussa Faki. Son initiative, suivie d’une rencontre avec la responsable de la diplomatie de l’Union européenne (UE) Frederica Moghreni, consiste à mobiliser tous les acteurs susceptibles de faire avancer le dossier et fédérer toutes les bonnes volontés pour une solution au conflit. Sauf qu’elle a été perçue par les autorités marocaines comme un acte d’hostilité mais surtout comme le signe que le dossier avance dans un sens contraire à leur vision selon laquelle la question du Sahara occidental doit rester inscrite dans l’agenda des Nations unies uniquement. Pour Rabat, en effet, l’élargissement du cercle des pourparlers voulu et initié par M. Köhler pour trouver une issue au conflit est perçu comme une menace pour ses intérêts et sa stratégie à compter sur des soutiens de poids au sein du Conseil de sécurité à l’exemple de celui incarné totalement par la France et celui, plus nuancé mais réel quoi qu’en disent les indépendantistes sahraouis, des Etats-Unis. De ce point de vue, il est à parier que l’entrevue que les responsables marocains auront avec l’émissaire onusien ne sera pas de toute sérénité. Entre M. Köhler et les autorités marocaines, y aurait-il déjà de l’eau dans le gaz ?» s’interrogeait récemment un média marocain. En ce qui concerne le volet «économique» du conflit sahraoui, l’association danoise des amis de l’ONU a, selon l’APS, «adressé une motion au gouvernement danois l’appelant à voter «non» concernant le renouvellement de l’accord de pêche entre l’Union européenne (UE) et le Maroc, car englobant les eaux territoriales du Sahara occidental.» L’Association, qui s’intéresse aux questions de l’ONU et œuvre à la «promotion de ses principes au Danemark», a appelé la commission européenne à «faire prévaloir la stabilité et la paix dans la région aux intérêts «commerciaux avec le Maroc et à suivre l’exemple des Etats Unis et de la «Norvège, qui conditionnent leurs conventions commerciales avec le «gouvernement marocain» à «l’exclusion du Sahara Occidental et ses eaux territoriales.» Pour l’association, le renouvellement de l’accord de pêche UE-Maroc, englobant les eaux territoriales du Sahara Occidental occupé, «engendrerait une politique économique à court terme» «illégale du point de vue de la Cour de justice européenne (CJUE)», et «compromettrait les efforts de l’ONU visant à trouver une solution pacifique «au conflit du Sahara Occidental.»

Laissez un commentaire