Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 12 octobre 2017 06:00

Film documentaire : Sept projets retenus à l’atelier de Timimoun

Écrit par Sara Kharfi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Sept projets ont été retenus pour prendre part à l’atelier de création de films documentaires à Timimoun, exclusivement destiné aux femmes, prévu du 1er au 12 novembre prochain.

Formation gratuite organisée par le collectif Cinéma et Mémoire et la Fondation Friedrich Ebert, elle a pour but «d’accompagner des projets de films autour de la vie des femmes en Algérie d’un point de vue social, politique, mémoriel, intime, etc.». Le collectif Cinéma et Mémoire et la Fondation Friedrich Ebert organisent un atelier de création de films documentaires à Timimoun, du 1er au 12 novembre prochain, a annoncé avant-hier la réalisatrice et écrivain Habiba Djahnine –qui encadrera cet atelier. Cet atelier résidentiel voit le jour et fait suite à un appel à candidature, lancé en juin dernier (et ouvert jusqu’au 20 août 2017), à destination des femmes résidant en Algérie et souhaitant apprendre à écrire et à réaliser un film documentaire. Ouvert aux débutants et amatrices dans les métiers du cinéma et aux femmes n’ayant jamais réalisé un film documentaire, il a pour but «d’accompagner des projets de films autour de la vie des femmes en Algérie d’un point de vue social, politique, mémoriel, intime, etc.», signale Habiba Djahnine dans le communiqué. Selon elle, «cet atelier répond à un besoin très fort exprimé en Algérie, surtout par les jeunes mais pas seulement. Beaucoup souhaitent apprendre à maîtriser le langage de l’image (esthétique et éthique) et de pouvoir élaborer une proposition de film», dans un contexte où «il n’y a toujours pas d’école de cinéma en Algérie et les universités ne proposent pas non plus de cursus en réalisation cinématographique». Sept projets ont été retenus pour cette formation qui «durera un an et accompagnera les projets de l’idée à la réalisation puis à la diffusion des films». En effet, combinant à la fois pratique artistique –«apprendre en réalisant»– et formation théorique, et «alternant travail collectif et individuel», ce projet est structuré autour de plusieurs phases : outre la première, celle de l’atelier qui se déroule à Timimoun, la formation comprend les phases de «Développement et repérages», de «Réécriture et préparation», de mise en place des «conditions logistiques et techniques du tournage», du tournage, montage et enfin de la diffusion publique des films documentaires.
En outre, la Fondation allemande Friedrich Ebert à travers son bureau en Algérie «contribue activement à la mise en place de ce projet» : «La particularité de cette formation en atelier est sa gratuité. C’est pour cela que nous cherchons des financements pour compléter l’apport de la Fondation Friedrich Ebert. Un dossier a d’ores et déjà été envoyé au Fonds arabe pour la Culture basé à Beyrouth. FRIDA The Young Feminist Fund a été sollicité aussi ainsi que le Fonds pour les Femmes en Méditerranée et le CISP ONG italienne à travers son bureau en Algérie. Nous ne négligerons pas le mécénat et les dons privés», est-il précisé dans le communiqué. Par ailleurs, Habiba Djahnine a signalé que «suite à une demande de plus en plus accrue, le collectif Cinéma et Mémoire envisage de reprendre [Béjaïa Doc, un] travail important d’encadrement et d’accompagnement à la création de films documentaires qui puissent témoigner de notre société, de ses mutations et de ses rêves». Enfin, et pour rappel, la Fondation Friedrich Ebert a organisé l’an dernier (du 18 au 20 août 2016), en collaboration avec Habiba Djahnine, une résidence d’écriture de femmes, qui avait donné naissance à un recueil de vingt textes intitulé «Ces paroles construites à force de silence».

Dernière modification le mercredi, 11 octobre 2017 23:58

Laissez un commentaire