Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Video a la une

Interview avec Mohammed DIB à propos de "Qui se souvient de la mer"

mercredi, 17 mai 2017 21:47

Nouvelle loi sur la retraite : La commission sur les métiers à haute pénibilité non encore installée

Écrit par Meriem Kaci
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La commission qui devait définir la nomenclature des métiers à « haute pénibilité », qui devait pourtant être mise en place dès novembre 2016, au lendemain du vote de la réforme sur les retraites, n’a toujours pas vu le jour.


Akli Berkati, Inspecteur général du travail au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, l’a révélé, hier, en marge de l’ouverture des travaux d’un séminaire sur  « L’inspection du travail : outil d’une bonne application de la loi et de son développement ». La commission en question devait regrouper en principe tous les partenaires sociaux du ministère du Travail afin de définir la liste des métiers dits pénibles et ouvrant droit à un départ en retraite à partir de l’âge de 55 ans pour les hommes et 50 ans pour les femmes. M. Berkati n’en dira pas davantage mais, lors de la présentation qu’il a faite, il décrit une « relation » des Algériens avec leur employeur plutôt conflictuelle ! Et pour cause. « Les visites d’inspection du travail sont passées d’une moyenne de 80 000 effectuées annuellement, avant 2005, à une moyenne de 200 000 interventions effectuées à partir de 2010. » S’agissant des plaintes, il explique que l’inspection du travail a reçu, en 2016, « 40 000 plaintes individuelles ». Il indique que « 77% des employeurs poursuivis prennent en considération l’avertissement de l’inspection de travail, tandis que 23% sont traduits en justice, car ils ignorent nos préavis ». La grande majorité des plaintes qui « nous parviennent concernent des licenciements et des contrats de travail abusifs », souligne M. Berkati. « 23% du total des procès-verbaux d’infractions dressés par l’Inspection du travail contre les établissements économiques se rapportant en général à la législation du travail sont soumis à la justice, alors que 75% des procès-verbaux restant sont réglés entre l’établissement et les travailleurs sans recourir à la justice mais après l’intervention de l’Inspection lors des visites de contrôle », a-t-il dit à propos indiquant par ailleurs que « 20% de ces doléances ont été satisfaites au niveau des bureaux de conciliation et il est procédé à l’examen graduel des doléances restantes ». A propos du projet du nouveau code du travail, il indiquera que ce dernier prévoit de nouvelles dispositions pour renforcer les missions de l’Inspection et appuyer l’adaptation de la législation algérienne avec les conventions internationales et arabes dans ce domaine.

Dernière modification le mercredi, 17 mai 2017 01:29

Laissez un commentaire

Environnement