Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 06 janvier 2018 06:00

Dix-neuf catholiques assassinés en Algérie dans les années 1990 : Le pape François devrait signer le décret de béatification ce mois-ci

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le décret papal de béatification des dix-neuf catholiques assassinés en Algérie durant les années 1990 devrait être signé des mains du pape François ce mois-ci (lire sujet, déjà évoqué, dans notre édition 1511 du 15 octobre 2017 et lire l’entretien avec l’Archevêque d’Alger Mgr Paul Desfarges sur la béatification des catholiques assassinés dans le même numéro).


Un long processus qui s’achève pour l’Eglise d’Algérie, à l’origine, il y a 10 ans, du procès diocésain pour la reconnaissance du «martyre» subi et vécu par des hommes et des femmes d’église, tués pour leur foi.
Le postulateur de la cause auprès du Saint-Siège, le frère Thomas Georgeon, dans un entretien qu’il a accordé il y a moins d’une semaine au webzine Mondo e Missione, rattaché à l’Institut pontifical des missions étrangères, dit toute sa confiance et sa satisfaction de voir «le décret de béatification signé en ce mois de janvier», révèle-t-il, non sans s’attarder sur «l’importance que cette cause revêt non seulement pour la petite église d’Algérie, mais pour l’ensemble de l’Algérie».
«C’est une opportunité pour se souvenir de tous ceux qui ont donné leur vie dans ces années sombres, mais aussi de redécouvrir le vrai sens du terme martyr», poursuit-il. L’importance de cette béatification, ainsi que le poids du message de paix et de réconciliation qu’elle véhicule, est telle qu’aux yeux du frère Georgeon, les délais ont semblé raccourcis. «Dès le début, la Congrégation pour les Causes des Saints a montré une attitude très favorable. La phase diocésaine a duré cinq ans. Le travail s’est ensuite poursuivi très rapidement, notamment dans la phase romaine de la cause. Et, grâce à l’engagement du cardinal préfet et, probablement, à la volonté du Saint-Père, nous avons bénéficié de délais très courts. Il me semble, par conséquent, que la Congrégation pour les causes des Saints et, plus généralement, le Saint-Siège ont considéré que cette cause avait aujourd’hui une véritable importance ecclésiale, ce dont je ne peux que me réjouir. Je vois beaucoup d’attentes pour cette béatification, surtout dans l’Église, mais aussi à l’extérieur, ainsi que dans les médias». Pour mémoire, la cause de béatification des religieux et des religieuses assassinés en Algérie, arrivée à Rome en 2013 après une phase diocésaine entamée en 2007 par le même frère Georgeon, avait déjà obtenu le vote favorable des théologiens de la Congrégation des causes des Saints. Désormais, les chrétiens d’Algérie et par-delà, pour reprendre les termes de Monseigneur Paul Desfarges, archevêque d’Alger, célébreront la béatification par une eucharistie lors de laquelle le texte de la décision du Saint-Père de béatifier les dix-neuf catholiques est officiellement lu, puis la messe célébrée. La dimension universelle et humaine de cet acte pontifical est réitérée par Mgr Desfarges lorsque, dans ces colonnes, il affirmait que l’importance de ce geste résidait dans ce que «nos frères et sœurs martyrs d’Algérie, les dix-neuf, ont donné leur vie à Dieu ; une vie donnée à Dieu qu’ils ont vécue dans ce mouvement de don d’eux-mêmes aux habitants de ce cher pays qui est le nôtre, qu’est l’Algérie». «Parce que la cause de béatification s’appellera la Cause du martyr de Monseigneur Pierre Claverie et de ses dix-huit compagnons et compagnes martyrs. Et Monseigneur Pierre Claverie est justement mort à Oran, assassiné en même temps qu’un jeune algérien, Mohamed, qui avait lui-même écrit dans un petit carnet qu’il acceptait de risquer sa vie en gardant des relations avec cet évêque, une relation d’amitié. Monseigneur Pierre Claverie avait dit lui-même que rien que pour un jeune comme Mohamed, je suis prêt à rester. C’est là un beau signe que nos martyrs sont morts avec des frères et des sœurs au milieu d’un peuple meurtri, un peuple aussi de martyrs, d’hommes et de femmes qui ont perdu leur vie en voulant rester fidèles à Dieu et à leur conscience. Le sang de tous les martyrs est mêlé», confiait-il encore. Algériens et catholiques d’Algérie «avaient créé des liens de fraternité, de proximité et au moment de l’épreuve, ils ne se sont pas retirés». «C’est aussi cela un martyr, celui qui, devant l’épreuve, devant la violence, ne se retire pas, mais offre sa vie. La victoire sur la violence ne peut se faire que par l’amour et le pardon», insistait Mgr Desfarges. L’attente de l’Eglise d’Algérie de voir ses «19 martyrs» béatifiés par le pape François touche à sa fin. Les 19 religieux et religieuses ont été tués entre 1993 et 1996, parmi lesquels les sept moines cisterciens de Tibhirine, qui avaient été enlevés en mars 1996 dans leur monastère de Notre-Dame de l’Atlas, à 80 km au sud d’Alger. Leur mort avait été annoncée le 23 mai par un communiqué du Groupe islamique armé (GIA). Les têtes des moines trappistes avaient été retrouvées le 30 mai 1996. Le 1er août 1996, Mgr Pierre Claverie, évêque d’Oran, était assassiné par un groupe armé, qui avait pris pour cible ce fervent défenseur du rapprochement islamo-chrétien et algéro-français, opposé à l’intolérance véhiculée par les islamistes. Il y a lieu de savoir que le 1er septembre dernier, au Saint-Siège, le pape François a reçu en audience Mgrs Paul Desfarges, archevêque d’Alger, Jean-Paul Vesco, évêque d’Oran, et le père Thomas Georgeon, postulateur en béatification auprès du Saint-Siège. Il avait entendu la cause, béatifier 19 religieux et religieuses catholiques assassinés. Selon le témoignage du frère Grogeon et qu’il rapportait au Mondo e Missione, «le pape François s’est montré très attentif à cette cause car il a compris les enjeux et croit que le témoignage de nos dix neuf (19) frères et sœurs est une merveilleuse invitation au dialogue avec l’islam, un dialogue pour vivre ensemble dans le respect de l’altérité et de la foi de l’autre». Enfin, la béatification la plus récente remonte à 2005, année où ce fut le frère Charles-Eugène de Foucauld qui avait été béatifié par le Pape Benoît XVI. Seulement, cette fois-ci, la béatification, après être présentée à la signature du pape, sera célébrée sur le sol algérien, plus précisément l’église d’Oran, suffragante de l’archevêché d’Alger. 

Laissez un commentaire

Economie

Sports

L’USM Alger affrontera le Rayon Sport cet après-midi (17h00) : Pour rester aux manettes !

L’USM Alger, unique représentant algérie

Sports -
18-07-2018
Paolo Guerrero va pouvoir jouer avec Flamengo

Paolo Guerrero va pouvoir jouer avec Fla

Sports -
18-07-2018
Tim Cahill, légende du foot en Australie, prend sa retraite internationale

L’attaquant Tim Cahill, qui détient le r

Sports -
18-07-2018

Culture