Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 14 février 2018 06:00

Malaise social : L’APN dans la mêlée

Écrit par Azzeddine Bensouiah
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le conflit des médecins résidents s’est invité au Parlement et a même chamboulé son ordre du jour, au point de reléguer la présentation de la situation économique et financière du pays au second plan, par ces temps de crise financière aiguë et les inquiétudes qui l’accompagnent.


C’est que les députés de l’opposition y ont vu une occasion pour rebondir et occuper, un tant soit peu le terrain, en voulant s’immiscer dans la médiation entre médecins grévistes et tutelle. Lundi, ils voulaient recevoir les grévistes, et ont obligé le service d’ordre à les laisser entrer dans le Palais Zirout-Youcef, avant que le président de l’APN ne tranche et décide de les recevoir et proposer sa médiation.
Les députés du MSP ont été les premiers à sauter sur l’occasion. Le groupe parlementaire du parti a estimé que l’indifférence du gouvernement face aux syndicats grévistes serait due, en premier lieu, à «son incapacité à prendre en charge le conflit de façon positive, ce qui a poussé à davantage de complication». Dans un communiqué signé par son président, Nacer Hamdadouche, le groupe parlementaire insiste sur les «voies pacifiques et légales dans l’usage du droit syndical et la prise en charge sécuritaire, et la non-implication de la justice dans le règlement et la confiscation du droit constitutionnel des syndicats», ajoutant que «le gouvernement n’est pas qualifié pour gérer les affaires publiques et est incapable d’assumer sa responsabilité politique et éthique devant tout le monde».
Le communiqué souligne que la prise en charge de certaines revendications implique des répercussions financières, «ce qui inquiète le gouvernement et le rend incapable de répondre positivement à ces revendications, et c’est ce qui nécessite un dialogue sérieux», tout en appelant le gouvernement à ne pas ignorer les revendications qu’il peut satisfaire.
Le groupe parlementaire estime que la décision revient au chef de l’Etat, et dépasse les prérogatives du Premier ministre, tout en mettant en garde contre le pourrissement qui pourrait avoir des conséquences fâcheuses, refusant d’accuser les syndicats de politiser leur affaire ou d’obéir à un quelconque agenda autre que leurs revendications annoncées.
La tournure prise par la protestation des médecins résidents n’a laissé personne indifférent au sein de l’APN. Pour preuve, les groupes parlementaires de la majorité n’ont pas tardé à réagir à ce qu’ils considèrent comme une tentative de récupération politique par l’opposition d’un conflit socioprofessionnel.
Cinq groupes parlementaires (FLN, RND, TAJ, MPA et indépendants) ont appelé, hier dans un communiqué, les grévistes dans les secteurs de l’éducation et de la santé «à faire preuve de sagesse et à mettre fin à la grève dans l’intérêt des élèves, des étudiants et des malades», les invitant à faire prévaloir la voie du dialogue pour la satisfaction de leurs revendications.
Pour les députés signataires du communiqué, «les mouvements qui secouent certains secteurs ont pris une orientation injustifiée, bien que l’exercice du droit syndical soit garanti par la Constitution», appelant les grévistes à mettre un terme à la grève ouverte, à rejoindre leurs postes, dans l’intérêt des élèves et des malades et à faire prévaloir le dialogue pour la satisfaction de leurs revendications légitimes.
Les groupes parlementaires signataires du communiqué n’y vont pas par quatre chemins pour exprimer leur soutien au gouvernement, mais aussi et surtout l’appeler «à agir avec rigueur et à ne pas céder aux provocations qui vont à l’encontre du principe de l’égalité entre toutes les catégories sociales et entravent la bonne prise en charge des revendications légitimes». Une déclaration on ne peut plus claire, et qui risque de compliquer davantage la mission de bons offices entamée ce lundi par le Président de l’APN. Cependant, le président de l’APN a fait hier une déclaration pour le moins surprenante, affirmant n’avoir pas promis de faire la médiation entre les médecins résidents et le gouvernement. Saïd Bouhadja, en réponse aux affirmations du groupe parlementaire du PT, a affirmé que la rencontre qu’il a eue lundi avec les représentants des médecins grévistes était à leur demande, insistant sur le fait que son institution n’avait ni les moyens, ni les prérogatives de régler ce conflit. Et comme, pour appuyer le communiqué des cinq groupes parlementaires qui ont appelé le gouvernement à faire preuve de rigueur face aux grévistes, le président de l’APN a affirmé que sa rencontre avec les grévistes «n’avait pas pour but de trouver une solution, ni n’est une façon de s’approprier les prérogatives de la tutelle chargée de diriger le dialogue avec les protestataires», avant d’affirmer que cette dernière était «sur la bonne voie pour sortir de la crise». 

Laissez un commentaire

Sports

Messi : divin au Barça, humain en Argentine

Lionel Messi est génial. C’est incontest

Sports -
18-06-2018
Quoi, quand, comment… : Le dictaticiel pour tout savoir sur la VAR

La Coupe du monde n’a pas débuté depuis

Sports -
18-06-2018

Monde

Libye : Combats autour d'importants sites pétroliers

L'armée nationale libyenne (ANL), autopr

Monde -
18-06-2018
Read more »
Nigeria : Au moins 31 morts dans une double attaque suicide

Au moins 31 personnes ont été tuées dans

Monde -
18-06-2018
Read more »
MSF dénonce un «traitement dégradant»

L’organisation Médecins sans frontières

Monde -
18-06-2018
Read more »