Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

ESPACE PUB

300X 250 site reporter

mardi, 13 mars 2018 06:00

Enseignement supérieur/Camra : Une rencontre à blanc

Écrit par Samira Dekkiche
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les médecins résidents se doutaient bien qu’ils ne seraient pas reçus hier par le ministre en personne de l’Enseignement supérieur, M. Hadjar, quand bien même ils l’auraient souhaité. Mais ils ont tout de même rencontré la directrice de la post-graduation au même ministère, Mme Fissah.


Une rencontre qui s’est achevée par… pas grand-chose. Et pour cause. Les délégués du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) sont sortis de ce tête-à-tête encore plus déterminés et décidés à maintenir le boycott de la session de rattrapage du DEMS, prévu du 18 mars au 18 avril.
D’ailleurs, la rencontre a tourné court puisqu’elle n’a duré que deux heures, bien loin des lents et interminables rounds de discussions menés avec le ministère de la Santé. La responsable en question a juste demandé aux médecins résidents de suspendre leur décision de boycott de l’examen, alors qu’en face, le Camra a simplement dit non et exigé la satisfaction de ses revendications. Il est allé jusqu’à demander à son hôte de ne pas programmer cet examen, sachant que la tutelle, elle, compte bel et bien le programmer. Une « action qui vise à nous diviser et à nous déstabiliser pour casser la grève », a considéré le représentant du Camra, le Dr Hamza Boutaleb, qui a regretté l’attitude du ministère, qui tente, selon lui, « de mettre la pression sur les résidents grévistes ».
Encore une fois, le dialogue avec les autorités concernées a échoué et semble arriver dans une impasse, où chacun refuse de faire des concessions pour trouver une issue à la crise qui dure depuis quatre mois.
De leur côté, pour maintenir la pression sur le gouvernement, les médecins résidents ont organisé des sit-in et des marches au sein des centres hospitalo-universitaires à travers le pays, à l’instar du CHU Lamine-Debaghine de Bab El Oued, où environ 300 résidents ont manifesté, hier, à l’intérieur de l’hôpital pour dénoncer les ponctions sur salaires dont ils sont victimes depuis deux mois, avec pour slogans : « Marre des commissions » ou « on n’a pas peur des ponctions sur salaires ». Sur place, un important dispositif de sécurité a été déployé devant la porte principale de l’hôpital, qui a été fermée pendant un moment pour empêcher les manifestants de sortir dans la rue.
Ces actions sont organisées en attendant une initiative nationale, dont la date sera dévoilée dans les prochains jours par le Camra. Après plusieurs réunions marathoniennes tenues avec le ministère de la Santé, un comité intersectoriel installé pour étudier le dossier des résidents… c’est l’échec le plus patent ! 

Laissez un commentaire