Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

ESPACE PUB

300X 250 site reporter

mercredi, 16 mai 2018 06:00

Les paramédicaux plaident pour une formation doctorante

Écrit par Samira Dekkiche
Évaluer cet élément
(0 Votes)
La 6e Journée scientifique des paramédicaux, organisée hier par le Centre hospitalo-universitaire Mohamed Lamine-Debaghine, de Bab El Oued, a été l’occasion pour le ministre de tutelle, M. Mokhtar Hasbellaoui, de rassurer les paramédicaux sur la prise en charge de leurs revendications.

«Le dossier du paramédical sera traité avec toute l’attention que je lui dois. C’est l’un des premiers dossiers que j’ai ouverts», a déclaré le ministre à l’ouverture des travaux de la journée, devant quelque 300 paramédicaux venus assister à l’événement. Parmi lesquels ceux affiliés au Syndicat national des paramédicaux (SAP) - coorganisateur de la manifestation à travers son comité scientifique - qui, à l’occasion, est revenu sur l’une des revendications phares qu’il porte, une formation universitaire doctorante. M. Hasbellaoui a ajouté que le corps du paramédical était «le plus important» dans le sens où «il soutient l’équipe médicale phare. A ce titre, il doit non plus être complémentaire mais associé», a-t-il recommandé. «La recherche dans le domaine paramédical a toute sa valeur dans toutes les instances scientifiques internationales et elle le sera pour nous également», a-t-il poursuivi. Avant de relever «l’intérêt» des formations professionnelles et académiques.
«Nous allons favoriser la formation académique qui sera l’une de nos priorités, car elle aboutira à des statuts de chercheurs», dira-t-il à ce sujet. Le ministre a conclu en sollicitant «l’adhésion de tous afin de réussir à faire avancer ce dossier dans la sérénité», promettant, dans cette perspective, des « discussions » à l’avenir.
Rencontré sur place, le représentant du comité d’organisation, Nouredine Frad, a insisté sur la revendication d’une formation doctorante car, selon lui, «sans formation académique, ce métier ne pourra jamais bénéficier des recherches en soins infirmiers ni d’un développement dans ce domaine». Celui-ci, qui exerce le métier d’infirmier, a fait remarquer que les impératifs des soins actuels sont très développés, ce qui fait que la demande en soins est «une exigence économique de plus en plus persistante».
Il a fait savoir qu’il est impossible de répondre à cette exigence si on n’a pas «une formation universitaire doctorante digne de ce nom».
Cette revendication ne se fera que par l’introduction dans le système LMD de la formation pour passer au statut universitaire et être licencié en soins.
Cette revendication, défendue depuis 2011, fait l’objet d’un travail intersectoriel entre le ministère de la Santé et celui de l’Enseignement supérieur. La formation doctorante permettra, selon lui, de définir les théories qui seront appropriées aux exigences de l’heure. Pour lui, la formation actuelle souffre de beaucoup carences, notamment au niveau des approches de prise en charge du malade. «Pour ces raisons, on a besoin de théoriciens comme il en existe de par le monde», a rdéclaré M. Frad.
Il rappelle surtout que «le paramédical est un métier de vocation». «Malgré toutes les contraintes de cette profession, je l’aime encore», témoigne-t-il. Il est d’ailleurs conforté dans ses dires par une étudiante rencontrée sur les lieux. «Les nouveaux bacheliers, garçons et filles, continuent de choisir ce métier difficile par vocation et amour.
Je suis en 1re année de formation paramédicale. J’ai choisi ce métier par amour. Juste après avoir eu mon bac, je me suis inscrite à l’école paramédicale », dira-t-elle.
Toutefois les paramédicaux disent faire face à plusieurs contraintes, notamment des conditions de travail difficiles. Pour cela, ils ont réclamé d’introduire le métier de paramédical dans la liste des métiers à haute pénibilité, car, selon eux, «c’est un travail difficile, notamment à cause de la surcharge de travail ».
Dernière modification le mercredi, 16 mai 2018 09:25

Laissez un commentaire

Culture

Tunisie : Polémique sur une caméra cachée anti-israélienne

Une émission télévisée ayant filmé en ca

Culture -
23-05-2018
Tizi Ouzou : Plateaux artistiques riches et variés à Tizi et à Boudjima

En plus du traditionnel programme d’anim

Culture -
23-05-2018