Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 13 mars 2018 06:00

Le DJS d’Alger a qualifié de « catastrophique » la situation du secteur des sports dans la capitale : Une métastase sportive qui ne dit pas son nom

Écrit par Mohamed Touileb
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dimanche, à l’occasion d’une journée d’étude sur les grandes lignes du programme de 2018 pour la promotion et le développement des établissements sportifs, il y a eu un constat des plus alarmants. Il n’émane pas de n’importe qui, puisque c’est le directeur de la jeunesse et des sports (DJS) de la wilaya d’Alger, Tarek Krach, qui l’a établi.

Ce dernier a qualifié  de « catastrophique » la situation du secteur des sports dans la capitale du pays. Si Alger est « hors-piste », on ne veut même pas imaginer ce qu’il en est dans les autres régions !

 

Le sport algérien est malade. Ceci n’est un secret pour personne parce que les derniers résultats, même dans les disciplines phares jadis, illustrent la déperdition nette de l’Algérie des sports. Mais l’essentiel semble être ailleurs pour les responsables. Notamment du côté du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) et les fédérations qui ne bougent pas le doigt pour, ne serait-ce, essayer de changer les choses et stopper la dégringolade. À Alger-même, la ville où tout est concentré, la défaillance est criante. Quant à l’inquiétude, elle est loin d’être palpable du côté du ministre de la Jeunesse et des Sports, El-Hadi Ould-Ali, qui ne fait rien pour essayer d’y remédier. Le patron de la bâtisse de la Place 1er Mai semble plus occupé à régler ses comptes avec ses « ennemis » (on pense ici au président du Comité olympique algérien (COA) Mustapha Berraf), qu’à régler les problèmes du sport Dz.
C’est le cas aussi pour les présidents de la quarantaine d’instances sportives qui se sont alliés au successeur de Mohamed Tahmi pour renverser le boss du COA. Une cause perdue puisque, rappelons-le, le boss du COA a l’appui du Comité international Olympie (CIO) de Thomas Bach sou. Berraf est donc intouchable mais le mouvement sportif algérien est définitivement touché.


La mission de tous !
Du pain noir, c’est que le sport algérien est en train de manger au moment où certains « se mangent entre eux » comme dit un adage populaire. À vrai dire ? En grand nombre sont les personnes diligentées qui ne prennent même pas la peine de savoir quel est l’état de santé de leur secteur. Preuve à l’appui, lors d’une rencontre qu’a organisée le DJS, Tarek Krach, nombreuses absences importantes ont été recensées parmi les cadres de l’administration de la DJS, les attachés communaux de sport, la direction de l’Office du parc omnisports de wilaya (OPOW), les principaux conseillers et les chefs d’unité. « J’ai constaté, avec grand regret, l’absence d’un nombre important de personnes concernées directement par cette réunion. Elles seront destinataires d’un questionnaire dans lequel elles doivent justifier leur absence avec des arguments valables. La situation du secteur des sports dans la wilaya d’Alger est l’affaire de tout un chacun. Il est temps de mettre fin à d’anciennes pratiques qui n’arrangent nullement le devenir de ce secteur », a interpellé le DJS. Cela en dit long sur l’intérêt que portent les (ir)responsables au devenir du sport national plus que jamais à la dérive. Le diagnostic prête sérieusement à l’inquiétude au moment où l’on collectionne les décrépitudes. Consciemment ? Certainement ! Mais impunément. Malheureusement.

Laissez un commentaire