Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 19 avril 2017 23:44

Lutte contre la spéculation : Tebboune admet la faiblesse des moyens de contrôle

Écrit par Rachid Bouarroudj
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune, a fini par se rendre à l’évidence : combattre la fraude et la spéculation a des limites, alors qu’il y a peu, « galvanisé » par une pomme de terre à plus de 100 DA le kilo, il avait juré de sévir ! A Oran, hier, où il était en visite aux côtés du Premier ministre Abdelmalek Sellal, il reconnaissait la « faiblesse » des moyens disponibles pour lutter contre la spéculation dans l'activité commerciale.

« Nous luttons contre la spéculation avec les moyens dont nous disposons », admet M. Tebboune, non sans reconnaître les faits qui lui donnent raison : « Seuls 10 000 contrôleurs sont sur le terrain à l’échelle nationale alors que les besoins sont estimés à 200 000 contrôleurs ». Et avec un effectif aussi rachitique, « il est quasiment impossible de contrôler chacun des 3 250 000 commerçants en activité à travers le pays », a-t-il jugé. Pour preuve, le ministre s’est fait l’écho, lors d’une récente réunion avec l’Association de défense des consommateurs, « de cas de stockage de viandes blanches par des spéculateurs lui ont été signalés et ce, dans la perspective du mois du Ramadhan au cours duquel une forte demande sur ce produit est traditionnellement enregistrée ». Ce qui forcément conduira à une flambée tout aussi « traditionnelle » durant ce mois. Pour ce qui est des viandes rouges, il a assuré qu'« aucun cas de fièvre aphteuse n’a été signalé dans les wilayas d’El Bayadh, Nâama, Laghouat et Khenchela, qui disposent, à elles-seules, d’un cheptel de 27 millions de têtes ovines ». « La consommation de la viande rouge ne pose aucun problème », a encore affirmé M. Tebboune, qui, la veille, n’a pas manqué de saluer les instructions du Premier ministre pour l'arrêt de l'importation des viandes congelées avec le maintien, dans les limites des besoins exprimés au plan national, de l'importation de viandes bovines fraîches.  Dans une déclaration à la presse, en marge d'une rencontre avec les associations de protection des consommateurs, le ministre a indiqué que « les marchés de viandes congelées ont enregistré pendant plusieurs années des dépassements graves et préjudiciables au citoyen, notamment en présentant la viande congelée comme fraîche ». « Je ne vois aucun intérêt pour l'économie nationale, ni pour le consommateur de persister dans cette démarche au moment où nos capacités nationales en viandes ovines couvrent la demande. Notre cheptel compte 27 millions de têtes et c'est très suffisant mais nous continuerons d'importer de la viande bovine fraîche dans la limite des besoins locaux », a affirmé M. Tebboune. A ce titre, il dit avoir proposé au Premier ministre de promulguer un décret qui autorise le producteur à vendre directement les produits alimentaires au consommateur dans des espaces précis. « Une telle mesure contribuera efficacement à juguler la spéculation et le monopole notamment pour ce qui est des produits alimentaires de large consommation », a-t-il estimé. A ses yeux, il s’agit d’une mesure qui « vise à éliminer les intermédiaires qui interviennent dans l'opération commerciale qui augmentent 4 ou 5 fois le prix des produits sur les marchés de détails avant qu'ils n'arrivent au consommateur final ».

Cette démarche peut être mise en œuvre dans les agglomérations urbaines où les espaces commerciaux ne sont pas suffisants, a-t-il expliqué, rassurant que l'Etat est soucieux de préserver les intérêts des petits commerçants. « Les marchés de proximité, en vigueur dans les pays avancés, peuvent constituer un mécanisme efficient pour la régulation du marché et l'éradication progressive des marchés anarchiques », a-t-il dit. En réponse à une question sur les mesures adoptées par le ministère du Commerce en prévision du mois de Ramadhan, M. Tebboune a affirmé qu'il refusait ces stéréotypes de circonstances. Le travail de contrôle et de dissuasion doit se poursuivre durant toute l'année, a-t-il insisté. Précisant que les mesures prises ou celles à mettre en œuvre visent d'abord et au final à protéger le consommateur et à préserver son pouvoir d'achat mais surtout à consolider l'économie nationale. Il assure que les produits alimentaires seront disponibles durant le mois de Ramadhan et que le pays disposait de stocks de réserves suffisants pour des années.

Laissez un commentaire