Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : jeudi, 22 janvier 2015

Le journaliste-écrivain, Abdelkrim Djaâd, décédé, dimanche dernier à l’hôpital Cochin de Paris, des suites d’une longue maladie, a été inhumé, hier, dans son village natal, à Ighil Ali, dans la wilaya de Béjaïa, en présence d’une foule nombreuse, venue l’accompagner à sa dernière demeure. Le siège de l’association culturelle baptisée du nom de Taos Amrouche, l’une des militantes de la cause berbère, native aussi de la région, s’est avéré exigu pour contenir tout ce beau monde venu rendre un ultime hommage à l’enfant prodige des Ath Abbas. C’est dans les locaux de cette association, sise au chef-lieu communal d’Ighil Ali, que la dépouille mortelle a été exposée. Le domicile parental du défunt, situé à quelques dizaines de mètres de cet endroit, ne désemplissait pas. Vers les coups de 11h30, le cercueil contenant la dépouille de feu Djaâd, drapé de l’emblème national, a été transféré vers la mosquée jouxtant le siège de l’APC d’Ighil Ali. Après la rituelle prière des obsèques, la dépouille mortelle sera enlevée pour être transportée à sa dernière demeure, sise au cimetière d’Ighil Ali. Une vive émotion a marqué l’ambiance régnant sur les lieux. Visiblement consternés par la disparition de ce journaliste talentueux, certains de ses amis, à l’instar de l’actuel ministre du Commerce, Amara Benyounès, n’ont pas pu retenir leurs larmes, puisqu’ils ont fini par éclater en sanglots. Parmi les personnalités présentes à cette cérémonie, il y avait aussi le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, et le représentant du ministre de la Communication, Ahmed Benzelikha, un ancien journaliste et écrivain. Ce dernier a d’ailleurs dédié l’un de ses ouvrages au parcours journalistique de feu Abdelkrim Djaâd. « J’ai connu le défunt d’abord à travers ses écrits, puisque je lui ai consacré une partie de mon livre intitule Presse algérienne : éditoriaux et démocratie, puis à travers aussi ses chroniques parues dans l’hebdomadaire Algérie Actualité, sous le titre générique Vice Versa, et où, outre un style percutant, il a accompagné durant des années la vie politique et sociale des Algériens avec beaucoup d’intelligence. Nous saluons sa mémoire aujourd’hui. Que Dieu ait son âme et lui accorde sa Grande Miséricorde », nous a déclaré M. Benzelikha, les yeux larmoyants. A noter la présence aussi de plusieurs autres journalistes, dont des anciens collègues et amis du défunt, à l’image de Nadjib Stambouli, Ahmed Hali, Mustapha Hammouche... qui se sont déplacés, hier, à Ighil Ali pour rendre hommage à leur ancien ami. Par ailleurs, il y a lieu de signaler l’absence des autorités de la wilaya de Béjaïa qui n’ont pas envoyé une délégation pour assister aux funérailles et partager la douleur de la famille de Abdelkrim Djaâd.

Publié dans Der

Enlevée, dans l’après-midi du 15 janvier par une bande de criminels à la cité populaire Boudraâ-Salah, une nouvelle mariée âgée de 27 ans subira l’enfer : séquestration, viol collectif avec violences, torture, menaces, supplices à l’électricité… Séquestrée durant plus de 24 heures dans un appartement situé dans un bâtiment inoccupé de la même cité, elle a été libérée des mains de ses ravisseurs par les services de sécurité de la wilaya de Constantine. Selon la cellule de communication de la sûreté de wilaya, la jeune femme, enlevée par quatre individus alors qu’elle se rendait chez sa famille, se trouve dans un état psychique et sanitaire délicat au vu des atrocités qu’elle a vécues. Deux individus âgés de 18 et 25 ans, impliqués dans cet horrible crime, ont été arrêtés par la police, alors que deux autres, qui sont en fuite, sont activement recherchés. Présentés lundi devant le procureur de la République près le tribunal de Ziadia, les deux hommes seront placés en mandat de dépôt pour association de malfaiteurs, enlèvement et séquestration et viol avec violences. Selon les premiers éléments de l’enquête, la jeune femme a été enlevée dans l’après-midi du 15 janvier par des individus inconnus alors qu’elle cherchait son chemin. Elle ne connaissait pas bien la cité et cherchait un taxiphone. Profitant de la situation, les ravisseurs, poussés par leur instinct bestial, ont sauté sur l’occasion et se sont posés en gentlemen pour guider la jeune femme, qui ne savait pas que les supposés bienfaiteurs lui réservaient les pires atrocités. Dans un scénario digne des films d’horreur hollywoodien, chapeauté par les kidnappeurs, la femme perdue, qui pensait naïvement que lesdits individus vont la conduire à un taxiphone, s’est retrouvée au pied d’un bâtiment inoccupé, cédé par la ville au profit des services de sécurité pour sa transformation en célibatorium. Ce sera trop tard. Menacée avec des armes blanches, elle sera conduite de force à l’intérieur et séquestrée dans un appartement. La jeune mariée sera violée bestialement à plusieurs reprises par ses ravisseurs, qui pour faire taire ses cris de détresse lui feront subir les pires atrocités. Elle a été, semble-t-il, torturée à l’électricité et menacée par des chiens. Alertés par la famille de la victime, jeudi dernier, les services de sécurité ont sur-le-champ diligenté une enquête. Aussi, des informations précieuses recueillies par les enquêteurs auprès de témoins ont permis de localiser la femme kidnappée. Elle sera libérée dans la nuit de la même journée.

Publié dans Der

Entre dimanche et mardi derniers, le port d’Alger a été presque totalement paralysé par une grève menée par quinze personnes. Si, si quinze. Il s’agit des capitaines de remorqueurs sans lesquels aucun navire ne peut accéder à l’infrastructure portuaire la plus importante du pays. Jusqu’ici, presque personne ne connaissait le nombre de marins assurant cette fonction pour le compte de l’Entreprise portuaire d’Alger (EPAL). Un responsable a fini par en parler. « Ils sont une vingtaine », avait-il déclaré. Si on en croit l’Epal, cette importante grève a été suivie par presque la totalité des capitaines de remorqueurs d’Alger. L’histoire ne s’arrête pas là, ça aurait été trop simple, évidemment. Selon le même responsable de l’Epal, les grévistes ne veulent plus de leur délégué syndical d’où le mouvement de protestation. Rien à voir donc avec la direction du port, selon le même cadre. Récapitulons. Sur vingt capitaines de remorqueurs, quinze ont fait grève pour exiger que l’un d’eux ne les représente plus auprès de la direction au moment où les quatre restants n’ont pas abandonné leurs postes. Autrement dit 75% des employés de ce corps sont en conflit avec 5%  d’entre eux, au moment où 20% de l’effectif sont restés neutres. Cela aurait pu être pire. Imaginez un instant que les capitaines de remorqueurs avaient un problème avec la direction. On aurait eu alors une grève de grande ampleur suivie à 100% par les employés, c’est-à-dire vingt personnes. Lors de la tempête de décembre dernier, un capitaine de remorqueur avait trouvé la mort non loin des quais alors qu’il s’apprêtait à remorquer un navire. Un homme courageux accompagné de deux marins, tout aussi braves, qui avait perdu la vie en accomplissant son devoir. Avec le décès de ce capitane, la corporation avait perdu exactement 4,76% de son effectif de l’époque. Ce n’est pas rien. Sur un autre plan, la direction du port d’Alger informe que la grève enclenchée dim    anche a eu pour effet d’empêcher 3000 employés du port de travailler, précisant que 7 navires étaient restés en rade en plus de 8 autres bloqués à quai. Il y a un certain nombre de leçons à retenir de la grève des capitaines des remorqueurs du port d’Alger. Il faut prendre bien soin de la corporation et pas seulement sur le plan socioprofessionnel ou syndical. Une maladie, par exemple, pourrait faire de sérieux dégâts. Un capitaine qui tousse, c’est 5% des effectifs qui ne seront pas au mieux de leur performance. Une épidémie de grippe pourrait, quant à elle, mettre hors service 100% du personnel. Un désastre. Ne parlons pas de malheur, le remorquage au port d’Alger est entre de bonnes mains… Une quarantaine de mains, en fait.

Publié dans Der

Douze contrebandiers de différentes nationalités ont été arrêtés et des véhicules et des camions ainsi que des denrées alimentaires saisis les 19 et 20 janvier courant par des détachements de l’Armée nationale populaire (ANP) dans l’extrême sud du pays, a indiqué mercredi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). « Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la contrebande et le crime organisé, des détachements des forces de l’ANP, relevant des secteurs opérationnels de Tamanrasset, de Bordj Badji Mokhtar et d’In Guezzam (6e Région militaire), au cours de plusieurs opérations menées les 19 et 20 janvier 2015, ont arrêté 12 contrebandiers, dont 5 Algériens, 5 Soudanais et 2 Nigériens », a précisé la même source. Deux véhicules tout-terrain, 2 camions, 12 détecteurs de métaux, 28,28 tonnes de denrées alimentaires, 6000 litres de carburant et une somme d’argent s’élevant à 30 000 CFA ont été également saisis lors de ces opérations, a ajouté le communiqué.

Publié dans Der

Parmi les personnes arrêtées durant les événements figurent des mineurs qui ont bénéficié de la liberté provisoire. C’est aujourd’hui que s’ouvre le procès des 25 personnes arrêtées suite aux émeutes qui ont éclaté mercredi dernier. « Elles seront jugées au tribunal de Sidi Ali », a-t-on appris de source sûre. Les mis en cause sont inculpés d’atteinte à l’ordre public et de destruction de biens publics. Notre source a précisé que « parmi ces personnes se trouvent des lycéens, censés préparer leurs examens de fin d’année ». Arrêtés mercredi dernier, ils ont été conduits à la prison de Sidi Ali. Parmi les personnes arrêtées, 15 ont bénéficié de la liberté provisoire, précise-t-on. Les regards des habitants sont désormais braqués sur ce procès. « Nous revendiquons la libération immédiate de ces détenus », ont martelé de nombreux citoyens de la localité. Ils ont également plaidé pour l’acquittement des mineurs. Le procès d’aujourd’hui tient en haleine les habitants de la commune de Sidi Lakhdar. Ils craignent un verdict qui pourrait à nouveau embraser la région, surtout que la cité vit une accalmie depuis mercredi. Une délégation a été désignée pour discuter avec les autorités de la wilaya de Mostaganem quant à la concrétisation de leurs doléances relatives à la réouverture des services de Sonelgaz, des Impôts, en plus de la réalisation d’un hôpital de 60 lits et la libération des jeunes détenus. Selon les informations recueillies, l’éventualité de leur libération est plausible.

Publié dans Der

En con cé dant leur troisième défaite d’affilée face à la Suède, les Verts sont plus que jamais sortis de la compétition et ratent ainsi leur Mondial, alors qu’ils souhaitaient atteindre au moins le deuxième tour.

La sélection nationale de handball a enregistré sa troisième défaite au Championnat du monde 2015 de handball, en s’inclinant logiquement (27-19) mardi à Doha contre une sélection suédoise plus armée qui pense déjà au tour principal de la compétition. Après les Egyptiens et les Islandais, c’est au tour des Suédois de battre les Verts dans ce groupe C qui, sauf rebondissement, a livré ses quatre qualifiés, à savoir la Suède, la France, l’Islande et l’Egypte. La confrontation algéro-suédoise a été une occasion pour l’entraîneur national Réda Zeguili de faire tourner son équipe et de donner la chance aux joueurs qui n’ont pas trop joué depuis le début de la compétition. Ainsi, le Sept national a débuté avec Bousmal comme titulaire dans la cage en l’absence de Slahdji, blessé, aux côtés de Boultif, Filah, Mokrani, Layadi, Berriah et Daoud. Une équipe qui n’a pas trop brillé et a été menée 3-0 à la 4e minute puis 7-1 après 11 minutes de jeu. Ce premier half a été à sens unique et c’est le plus logiquement du monde que les Scandinaves le bouclent par 9 buts d’écart (15-6) grâce notamment à Jonas Kallman, auteur de 6 buts en 6 tentatives. Au retour des vestiaires, les Algériens ont montré un visage séduisant, aidés en cela, il est vrai, par la décision du coach suédois Staffan Olsson de laisser au repos ses titulaires en prévision des deux derniers matchs, décisifs pour la première place de la poule. Les équipiers de l’excellent Daoud Hichem (6 buts) ont saisi alors l’occasion pour réduire la marque au panneau d’affichage, mais surtout gagner cette seconde mi-temps sur le score de 13-12. Avec trois défaites en autant de rencontres, la sélection algérienne reste à la dernière place de son groupe et attend ses deux derniers matchs en phase de poules contre la France, jeudi, puis la République tchèque, samedi.

Publié dans Sports

La sélection nationale fera tout son possible pour empocher trois autres points et prendre option pour la qualification au deuxième tour.

La sélection algérienne de football dispute demain, vendredi au stade Mongomo, le deuxième match de la phase des poules de la CAN-2015, face aux Black Stars du Ghana, avec l’espoir de l’emporter, comme ce fut le cas lors de la première rencontre face à l’Afrique du Sud. Les Verts, qui ont réussi l’essentiel lors de ce premier match face aux Bafana Bafana, en empochant les trois points, souhaitent continuer sur cette lancée et prendre option pour la qualification au deuxième tour. Certes, cette fois-ci, la tâche sera plus ardue, étant donné qu’il s’agit d’un adversaire plus aguerri et qui dispose d’une armada de professionnels, mais surtout qui reste une bête blessée, qui a besoin de se reprendre et de sortir de cette situation difficile, après la première défaite face au Sénégal. C’est pour cela que les Fennecs doivent rester très concentrés sur leur sujet et surtout éviter les erreurs du premier match face à l’Afrique du Sud, qui ont failli coûter cher à l’équipe, qui était menée au score, avant qu’elle ne se reprenne. Le sélectionneur national, le Français Christian Gourcuff, a pris note de certaines insuffisances lors du premier match et compte donc prendre ses devants pour ne pas les répéter. Toutefois, il se pourrait que certains joueurs clés ne puissent être au rendez-vous, comme c’est le cas du défenseur central, Rafik Halliche, qui souffre de douleurs dues à la blessure subie avant l’entame de la compétition. S’il déclare forfait, c’est Bougherra qui prendra sa place, aux côtés de Medjani, alors que le reste de l’équipe devrait demeurer inchangé. De son côté, le Ghana ne se laissera pas facilement faire et bataillera ferme pour tenter de se relancer dans la course pour le prochain tour. N’ayant pas digéré la défaite dans les ultimes minutes du match face au Sénégal, les Black Stars feront tout pour l’emporter aux, qui devraient enregistrer le retour d’Asamoah Gyan, rétabli après avoir contracté le paludisme.

Le Sénégal pour confirmer, l’Afrique du Sud veut se reprendre Le deuxième match de ce groupe mettra aux prises le Sénégal et l’Afrique du Sud, avec des objectifs distincts aussi. Ainsi, les Lions de la Téranga, qui l’ont emporté face au Ghana lors du premier match, souhaitent ajouter trois autres points lors de ce match et donc décrocher le billet pour le deuxième tour, alors que l’Afrique du Sud est au pied du mur et se doit de se ressaisir pour espérer continuer l’aventure. Théoriquement, ce sont les Sénégalais qui ont plus de chances de l’emporter, alors que les Sud-Africains devront puiser au plus profond de leurs ressources pour espérer se reprendre.

Publié dans Sports

La Fédération internationale de football (Fifa) a estimé mardi que la sélection algérienne, valeureux huitième de finaliste du Mondial-2014 et un parcours de qualification rondement mené, sera le grand favori de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-2015), qui a débuté samedi dernier en Guinée équatoriale. « L’Algérie, pays africain le mieux classé au classement mondial Fifa Coca-Cola et valeureux huitième de finaliste de la Coupe du monde de la Fifa (Brésil-2014) face à l’Allemagne, endosse le costume de favori », est-il écrit sur le site officiel de la Fifa. Versée dans le groupe C, considéré comme celui de la mort, l’Algérie a bien entamé le tournoi en battant au forceps l’Afrique du Sud (3-1), mardi soir au stade Mongomo. Les Verts affronteront ensuite le Ghana, le 23 janvier, avant de conclure le premier tour face au Sénégal, le 27 janvier à Malabo. « Mais le Ghana, le Sénégal et l’Afrique du Sud, versés dans le même groupe, ont également de sérieux arguments », poursuit la Fifa. Le vainqueur final de la 30e édition de la CAN pourrait sortir du groupe D, également très relevé. « La Côte d’Ivoire et le Cameroun, bien que respectivement orphelins de Didier Drogba et Samuel Eto’o, font toujours partie des favoris, tandis que le Mali reste sur deux troisièmes places lors des deux dernières éditions », estime l’instance dirigeante du football international.

Publié dans Sports

La Tunisie sera au pied du mur pour le match d’aujourd’hui, comptant pour la deuxième journée de la phase des poules dans le groupe B, en affrontant la Zambie. Les Aigles de Carthage se doivent de l’emporter s’ils souhaitent se qualifier au prochain tour et donc éviter de sortir précocement. Les Tunisiens, qui ont été contraints au nul par le Cap-Vert lors du premier match, n’ont pas droit à l’erreur et se doivent de l’emporter face aux Chipolopolo, au risque de se retrouver complètement out de cette compétition. Les poulains de Leekens savent ce qui les attend lors de ce match et entreront avec une volonté de fer pour tenter de prendre les trois points, malgré quelques frictions dans le groupe dues au fait que certains joueurs n’acceptent pas leur statut de remplaçant. Cependant, la Zambie ne compte pas se laisser faire aussi, surtout après le nul enregistré lors du premier match face à la RDC. Elle essayera aussi de l’emporter pour éviter toute mauvaise surprise lors des prochains matches, qui restent décisifs. Dans l’autre match de ce groupe, le Cap-Vert affrontera la RD Congo avec la ferme volonté de réussir un bon résultat qui lui permettra de prendre option pour la qualification. Bien qu’elle soit considérée comme le Petit Poucet du groupe, l’équipe du Cap Vert ne compte pas abdiquer et entend donc prouver que le football n’est pas une science exacte et qu’elle peut donc créer la surprise. Toutefois, cela ne sera pas facile pour elle, d’autant plus qu’en face elle aura affaire à une équipe plus expérimentée et qui reste déterminée à l’emporter pour se rapprocher de la qualification au second tour. En tout cas et dans ce groupe, les jeux ne sont pas encore faits et tout reste possible.

Publié dans Sports

L’USM Blida a bien entamé la phase retour du championnat d’Algérie de Ligue 2 Mobilis de football, en battant petitement l’ESM Koléa (1-0), mardi lors de la 16e journée, conservant ainsi ses cinq points d’avance sur son poursuivant direct, le RC Relizane, qui a disposé du WA Tlemcen (1-0), tandis que la lanterne rouge, l’AB Merouana, a enfin gagné. Les Blidéens ont débuté la manche retour de la compétition comme ils l’ont terminée, par une précieuse victoire, la neuvième de la saison. Un but précoce de leur baroudeur Mustapha Melika (5e) a permis aux hommes de Kamel Mouassa d’engranger les trois points de la victoire. Avec ce résultat, l’USM Blida garde ses cinq points d’avance sur son dauphin, la surprenante équipe du RC Relizane, qui a bien négocié son retour à son stade fétiche Zougari, en disposant difficilement du WA Tlemcen (1-0) grâce à un but de l’opportuniste Hichem Belmghith. La bonne opération de la journée est réalisée par le CRB Aïn Fekroun, qui se hisse à la troisième place, à la faveur de sa victoire arrachée en toute fin de partie contre l’AS Khroub (1-0), grâce à un but de Daïra (90+4). Les autres poursuivants, la JSM Béjaïa, l’O Médéa, l’US Chaouia et le DRB Tadjanent, ont connu des fortunes diverses. L’OM et le DRBT, qui s’affrontaient dans un match pour une place sur le podium, n’a pas connu de vainqueur. Un score de parité qui leur permet de partager la quatrième place, à huit points du premier. En revanche, la JSMB, qui restait sur une défaite en match retard face au CA Bordj Bou Arréridj (1-0), a essuyé un nouveau revers à l’occasion de son déplacement contre le CA Batna (1-0) sur un but en fin de match de l’ex-international olympique Mesfer. Une seconde défaite de suite et la quatrième de la saison, confirmant ainsi la période difficile que traversent les Bougiotes, désormais sixièmes, en compagnie de l’US Chaouia, qui est revenue bredouille de son déplacement à Bordj Bou Arréridj, après sa défaite face au CABBA (1-0) sur un but contre son camp de Ben Malek (72e).

Publié dans Sports
Page 1 sur 7