Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : jeudi, 08 janvier 2015

Malgré les mesures prises par les pouvoirs publics pour réduire les accidents, les routes continuent à tuer et à blesser. 4504 personnes ont été tuées dans des accidents de la route à travers le territoire national en 2014. Les 17 383 accidents de la circulation enregistrés l’an dernier dans les zones urbaines ont causé la mort à 828 personnes et des blessures à 20 717 autres, en plus de 20 755 mises en fourrière, 704 061 amendes forfaitaires et 159 648 retraits de permis de conduire. Ce sont des chiffres que le chargé de la prévention routière à la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), le commissaire divisionnaire Ahmed Naït El-Hocine, a avancé hier sur les ondes de la Chaîne III. Les sanctions imposées, dont le retrait de permis, n’ont pas l’air de donner les résultats escomptés. D’autant plus, et ce n’est un secret pour personne, que des citoyens arrivent à récupérer immédiatement leurs permis retirés suite à une infraction grâce au «piston» de leurs «connaissances» ou celles de leurs amis ou proches dans les structures policières. D’ailleurs, évoquant le retrait du permis, le commissaire trouve qu’il est injuste que cette sanction soit appliquée aux conducteurs qui commettent, par inadvertance, une infraction pour la première fois ; pour lui, il n’est pas juste de les sanctionner de la même façon que ceux dont les infractions sont fréquentes.  Par conséquent, il estime que le retrait de permis ne doit pas être systématisé à toute infraction. M. Naït El-Hocine est pour une révision pure et simple des mesures de sanction du Code de la route. Dans ce contexte, il estime qu’il est nécessaire d’automatiser le système des sanctions et de renforcer les moyens de contrôle des dépassements sur les routes. Il a souligné également que le Centre national de prévention et de sécurité routière ne doit pas relever d’un seul département ministériel, car il n’a pas les moyens humains et financiers pour mener à bien la politique nationale de sécurité routière. Le commissaire n’a pas manqué d’évoquer le système du permis de à points qu’il faut installer et les conditions d’y accéder, qu’il faut durcir. Deux points auxquels Mohamed Lazouni, président de l’Association prévention routière, n’arrête pas de faire référence, jugeant le premier important mais difficile à concrétiser. A chaque fois que l’occasion se présente, il martèle que ce système, tel qu’il est établi en Algérie, sera voué à l’échec. Car tel qu’il est conçu, le système permet de retirer et les points et le permis de conduire en même temps en cas d’infraction. Ce qui est illogique, pour lui. «C’est un système qui est déjà appliqué en Allemagne et il est bien appliqué», signale-t-il. Quant au deuxième point relatif à l’octroi de permis de conduire, M. Lazouni estime qu’avant d’en arriver là, les candidats doivent être déjà préparés, avoir des connaissances sur la sécurité routière et ce, via les programmes scolaires. Ce qui était prévu dans la loi de 1987 mais, faute d’un décret d’application, l’introduction de la prévention routière dans les programmes scolaires n’a jamais été appliquée. Pour lui, tout est dans l’éducation, le comportement. Une éducation qui doit être prise en charge dès l’enfance pour aboutir à des citoyens responsables. Par ailleurs, d’après les ingénieurs et des automobilistes, la qualité de nos autoroutes et des véhicules peut entrer en ligne de compte dans les accidents. Nos routes, selon ces ingénieurs, ne sont pas conçues notamment pour les poids lourds. Quant aux véhicules, les associations de consommateurs ont soulevé à plusieurs reprises la problématique des pièces de rechange contrefaites commercialisées en Algérie, qui présentent une menace sérieuse pour les usagers.

Publié dans Der

C’est officiel : à l’instar d’autres facultés du pays, l’université Badji-Mokhtar de Annaba, située dans la commune d’El Bouni, enverra un contingent d’étudiants pour la rentrée prochaine en Belgique, a annoncé ladite université via son site Internet. A l’heure où ces lignes sont écrites, l’on ignore encore le nombre exact de ces «chanceux» qui pourront se parfaire dans le Plat Pays, parmi les 150 bourses de mastère et les 70 stages à l’échelle nationale. En quoi consistent exactement ces formations post-graduées (avec des mastères complémentaires) et ces stages de perfectionnement ? Tout cela s’inscrit dans le cadre de la politique belge de coopération au développement ; ces différentes formations ont été confiées aux établissements supérieurs du royaume. De plus, ce programme s’adresse aux étudiants des pays dits en développement. Ces cours et stages internationaux, inscrits au programme d’étude des établissements supérieurs d’enseignement belges, sont «accessibles à toutes les personnes qui répondent et satisfont aux critères, mais avec pour objectif de proposer des modules de formation qui se caractérisent par leur ouverture sur la spécificité des problèmes liés au développement», a rappelé le site de l’université Badji-Mokhtar. Personne ne doute, à Annaba, que les candidats à ces formations seront nombreux et, d’ailleurs, ces derniers peuvent d’ores et déjà s’informer auprès des services concernés de l’université. «Je compte bien m’inscrire et poursuivre mon cursus en Belgique, a affirmé une étudiante rencontrée sur place, qui vient tout juste de prendre connaissance de cette formation. Je pense bien qu’il me faudra un dossier complet mais déjà, je maîtrise très bien les langues française et anglaise, de même que l’outil informatique. Je pense que j’ai mes chances pour faire partie de la liste des étudiants qui iront se parfaire en Belgique.» Même son de cloche pour un autre étudiant, mais qui se veut toutefois nuancé quant aux critères de sélections : «J’espère bien figurer sur la liste. Mais en Algérie, tout est possible. On peut envoyer des étudiants qui ne parlent même pas correctement le français. Quant à l’outil informatique, mis à part facebook ou Skype, c’est tout ce qu’ils connaissent ! Ce sont des personnes qui ont le bras long. Mais je reste toutefois optimiste, puisque tout cela est organisé avant tout par la Belgique et je pense que ce pays évitera tout phénomène de piston.» En attendant, nombreux devraient être les candidats à une formation dont ils devraient ressortir renforcés pour affronter la vie active. Reste le fait que l’université Badji-Mokhtar de Annaba ne ménagera pas ses efforts pour tenir informés ses étudiants via un site Internet constamment actualisé et mis à jour. Et si elle a été retenue parmi d’autres établissements d’enseignement supérieur à travers le territoire national, c’est qu’elle constitue un pôle d’envergure régionale important pour tout l’est du pays et même au-delà.

Publié dans Der

Le centre d’écoute des doléances des citoyens de la wilaya de Tipasa est en service depuis le 31 décembre, jour du lancement de l’opération au niveau national par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. Ce centre d’appel de Tipasa est pris en charge par six téléopérateurs qui sont à l’écoute des doléances des citoyens  à travers le numéro vert 11 00. Plus d’une trentaine d’appels ont été réceptionnés à ce jour par les membres de la cellule, dont la mission est de prendre en charge les doléances des citoyens, les orienter et transmettre leurs demandes aux services concernés. Reliée directement au centre d’appel du ministère de l’Intérieur à travers un serveur central connecté aux 48 wilayas du pays, la cellule d’écoute peut constituer une base de données sur les problèmes des citoyens, dont plus de 80% font appel aux collectivités locales pour avoir des informations sur la constitution d’un dossier ou s’enquérir de leurs préoccupations et surtout de leur prise en charge au niveau local. Lancé dans le cadre de l’amélioration de la relation administration-administré, le centre d’appel est opérationnel, dans un premier temps, de 8h30 à 19h à travers la mise en place de deux équipes qui se relayent durant la journée en notant dans un logiciel spécial les appels avec les coordonnées des appelants qui recevront une réponse de l’administration locale ou seront orientés vers un appel vocal pour la constitution d’un dossier quelconque.

Publié dans Der

Les Verts ont bien débuté cette compétition qualificative à la CAN et aux JO, en attendant de disputer les autres rencontres qui les attendent. La sélection algérienne de basket-ball (messieurs) a réussi son entrée en lice au tournoi de qualification pour le championnat d’Afrique des nations (Afrobasket-2015) des pays de la Zone 1, en s’imposant largement devant son homologue libyenne sur le score de 88 à 63, mardi à la salle Harcha (Alger). Après un début de match à l’avantage des Libyens, qui ont pris cinq points d’avance (15-10), poussant le coach algérien Ali Filali à prendre un temps mort pour rameuter ses troupes. Le Cinq algérien a réussi à reprendre l’avantage et passer devant à la fin premier quart-temps (19-16). Dans le deuxième quart, les Algériens, menés par l’entrée de Mohamed Harrat, meilleur joueur algérien avec 17 points et 8 rebonds, ont réussi à creuser l’écart et prendre 20 points d’avance (40-20) et terminer le deuxième quart sur le score de 44 à 26. Au retour des vestiaires, les coéquipiers de Hocine Gaham ont su maintenir leur avance au score, permettant à leur entraîneur de faire tourner l’équipe, en prévision du match face au Maroc. Au coup de sifflet final, l’Algérie l’emporte sur le score fleuve de 88 à 63. L’entraîneur de la sélection nationale, Ali Filali, s’est montré satisfait du résultat de cette rencontre, qui s’annonce de bon augure pour la suite du tournoi. « Nous avons souffert en début de rencontre, mais les joueurs ont réussi à renverser la vapeur et prendre le large au score. Maintenant, nous disposons d’une journée de repos pour bien préparer le match face au Maroc », a déclaré le coach algérien. Filali a également fait part de son inquiétude suite à la correspondance de la Fiba-Monde qui a empêché deux joueurs émigrés de prendre part au tournoi. « Nous avons reçu cette notification lundi soir, elle concerne deux joueurs qui ont fait toute la préparation avec nous, il s’agit du meneur de jeu Mounir Benzegala et de Samir Mokdad », a-t-il indiqué. « Sachant pertinemment qu’une équipe ne peut pas évoluer avec un seul meneur face au Maroc, une équipe bien organisée, nous allons donner des directives à un autre joueur pour suppléer Sahraoui », a-t-il ajouté. De son côté, l’entraîneur de la sélection libyenne, le Serbe Nand Spasoivitch, a estimé que son équipe a fait un bon premier quart temps, avant de s’écrouler face à une bonne équipe algérienne. « L’Algérie mérite sa victoire aujourd’hui, nous avons une équipe composée de beaucoup de jeunes joueurs, notre objectif est de faire de bons matches lors de ce tournoi et nous préparer pour les prochaine échéances », a déclaré Spasoivitch. La 2e journée, prévue mercredi, mettra aux prises le Maroc et la Libye, alors que la 3e et dernière journée opposera l’Algérie au Maroc. Ce tournoi des éliminatoires se déroulera en aller-retour sous forme de championnat, avec la participation de l’Algérie, de la Libye et du Maroc. Le tournoi retour aura lieu dans un mois au Maroc. Douze sélections seront qualifiées pour l’Afrobasket-2015, en plus du pays organisateur (Tunisie) et du tenant du titre (Angola), et onze (11) équipes seront qualifiées pour les jeux Africains (Congo-2015).

Publié dans Sports

Le coach national tente de trouver dès maintenant le onze avec lequel il entamera la CAN-2015 et le premier match face à l’Afrique du Sud. Le coach national, Christian Gourcuff, a augmenté la cadence lors du stage qui se déroule actuellement au centre des équipes nationale de Sidi Moussa. Le sélectionneur national a décidé, en effet, de passer à une autre étape, à savoir celle du travail spécifique et tactique, pour préparer comme il se doit ses poulains, du moins avant ce match amical de dimanche prochain face aux Aigles de Carthage (Tunisie). Les joueurs se sont donnés à fond lors de la séance tactique d’avant-hier, surtout que chacun d’entre eux souhaite décrocher une place dans le groupe pour pouvoir débuter la CAN et le premier match face à l’Afrique du Sud. Le coach a essayé plusieurs variantes afin de voir la forme de tout un chacun, lui qui souhaite que tout le monde soit au même degré de préparation pour qu’il ait le choix pour le tournoi africain, même s’il sait qu’il lui sera difficile d’avoir tout le monde au même niveau, surtout que certains éléments manquent cruellement de compétition, car ils n’étaient pas utilisés par leurs équipes respectives. Ce qui est le cas de Belfodil, qui ne jouait pas régulièrement à Parme. Néanmoins, une grande motivation anime les coéquipiers de Brahimi, qui souhaitent réussir leur tournoi, sachant que tout le monde les désignent comme étant le favori en puissance, après le parcours réussi au dernier Mondial brésilien et le parcours presque sans faute dans les qualifications pour la phase finale de la CAN-2015, puisqu’ils n’ont perdu qu’un seul match sur six. Le coach national a trouvé jusque-là son onze rentrant, avec les défenseurs habituels, à savoir Medjani, Halliche, Ghoulam et Mandi, alors qu’au milieu, il trouve quelques difficultés, mais il devrait faire confiance à Bentaleb et Taïder, et qu’en attaque, il comptera sur le duo Soudani-Brahimi sur les ailes et Slimani en pointe. Toutefois, tout dépendra aussi de la réaction des joueurs lors du prochain match amical face à la Tunisie.

Publié dans Sports

Il semblerait qu’un nouveau scandale vient d’éclater au niveau de la Fédération algérienne de volley-ball, après l’affaire des réserves émises par la formation du WA Tlemcen sur l’entraîneur du PO Chlef, qu’elle a rencontré tout récemment en Coupe d’Algérie. Ainsi, le POC s’était présenté avec un nouvel entraîneur sur le banc et il s’agissait de son ancien coach qui revenait d’une expérience à Bordj Bou Arréridj. Le club chélifien a réussi à lui faire délivrer une licence qui lui a permis de prendre place sur le banc, mais voilà que les Tlemcéniens sortent un article des règlements généraux de la FAVB, qui stipule que tout nouveau membre d’une équipe devrait attendre huit jours avant de porter les couleurs de son nouveau club. Le POC, qui s’était qualifié sur le terrain, s’est vu perdre le match sur tapis vert, étant donné que la fédération a donné raison au WAT, alors que les règlements parlent de joueurs et non d’entraîneur, qui, lui, peut officier dans ce nouveau club dès qu’il reçoit sa licence de la fédération. Et on voit donc que la FAKT a violé ses propres règlements dans cette affaire.

Publié dans Sports

Le manager de Leicester City (Premier League anglaise de football), Nigel Pearson, a souhaité la réussite à ses deux internationaux africains, l’Algérien Ryad Mahrez et le Ghanéen Jeffrey Schlupp, engagés avec leurs sélections respectives en Coupe d’Afrique des nations de 2015 en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février). « Mon message pour eux est de réussir une belle compétition et surtout nous revenir en forme », a indiqué l’entraîneur de Leicester, cité hier par la presse locale. L’Algérie et le Ghana sont versés dans le groupe C, domicilié à Mongomo, en compagnie de l’Afrique du Sud et du Sénégal. « Les deux joueurs vont manquer au moins trois matches du championnat anglais, et au vu de leur poids au sein de l’équipe, ils vont beaucoup nous manquer », a ajouté Nigel Pearson. Par ailleurs, le coach de Leicester appréhende la forme des joueurs au moment de leur retour en Angleterre. « De par mon expérience dans le passé, lorsque les joueurs partent avec leur sélection, ils reviennent très léthargiques et ne comprennent pas toujours ce que l’on attend d’eux. » Si Mahrez a rejoint lundi ses coéquipiers au centre technique national de Sidi Moussa (Alger), Jeffrey Schlupp, en stage avec les Black Stars à Séville (Espagne), souffre d’une blessure au genou, même si sa participation à la CAN n’est pas remise en cause.

Publié dans Sports

Le match amical de préparation qui devrait opposer la Tunisie au Mali le mardi 13 janvier à Libreville (Gabon) est annulé, a indiqué la Fédération tunisienne de football (FTF). « Afin d’éviter aux joueurs plus de 20 heures de voyage pénibles entre vols, escales, atterrissages et décollages, le staff technique a décidé d’annuler le déplacement de Libreville et le match amical face au Mali », a précisé la FTF sur son site officiel. Pour compenser cette annulation, le sélectionneur de la Tunisie, Georges Leekens, a programmé un match d’application le mardi 13 janvier. D’autre part, le coach des Aigles de Carthage a convoqué quatre joueurs olympiques : Edam Rjaibi, Ali Machani, Haithem Jouini et Saad Bguir. Au premier tour de la CAN-2015, la Tunisie évoluera dans le groupe B avec la Zambie, le Cap-Vert et la RD Congo.

Publié dans Sports

Les deux matches amicaux que la sélection algérienne des moins de 23 ans (U23) jouera face à la Tunisie les 8 et 12 janvier auront lieu au stade Mustapha-Tchaker de Blida à 16h, a appris l’APS mardi auprès de la Fédération algérienne de football (FAF). L’équipe algérienne poursuit actuellement son stage entamé samedi à Blida dans le cadre de ses préparatifs pour les éliminatoires du championnat d’Afrique de football de la catégorie prévu pour fin 2015 en RD Congo. Les deux rencontres face à la Tunisie sont programmées suite à l’annulation du championnat nord-africain des U23, qui devait avoir lieu à Oran (ouest d’Algérie), avant que les sélections du Maroc, de la Libye et de l’Egypte ne se retirent. L’équipe algérienne, qu’entraîne le Suisse Pierre-André Schürmann depuis septembre dernier, a déjà disputé quatre matches internationaux amicaux soldés par des victoires respectivement devant le Qatar (1-0, 1-0) et le Mali (3-0,1-0). Les coéquipiers d’Abderrahmane Bourdim sont exempts des deux premiers tours éliminatoires de l’épreuve continentale. Leur entrée en lice dans les qualifications est prévue pour juin. Les trois premiers du prochain championnat d’Afrique seront qualifiés directement pour les jeux Olympiques 2016 à Rio de Janeiro (Brésil). Le football algérien n’a plus participé à cette épreuve depuis 1980.

Publié dans Sports

L’entraîneur de l’USM El Harrach, Abdelkader Iaïche, n’a pas encore rejoint son équipe à Tikjda (Bouira), où elle a débuté lundi son stage hivernal, pour protester contre « l’indiscipline » régnant dans l’effectif, a appris l’APS mardi auprès du club de Ligue 1 algérienne de football. Iaïche avait quitté en colère le stade de Mohammadia (Alger) en début de semaine à l’occasion de la reprise des entraînements, après avoir constaté la présence de seulement cinq joueurs à cette séance. Depuis, il n’a plus donné signe de vie, provoquant l’inquiétude au sein du club banlieusard de la capitale. Craignant son départ définitif, les dirigeants de l’USMH se sont rendus chez lui pour le convaincre de revenir à de meilleurs sentiments. Il est d’ailleurs attendu « au plus tard mercredi » à Tikjda, assure-t-on de même source, pour reprendre le travail avec son équipe auteure d’un parcours très honorable lors de la phase aller. En effet, malgré le départ de plusieurs éléments clés de son effectif durant l’intersaison, conjugué à celui de l’entraîneur Boualem Charef, qui a dirigé l’équipe pendant six saisons, l’USMH a réussi à terminer à la deuxième place la première partie de l’exercice 2014-2015. Dans les hauteurs de Tikjda, où Essafra a pris ses quartiers dans le cadre de son regroupement hivernal, les coéquipiers d’Hamza Aït Ouameur sont confrontés à des difficultés pour entamer le travail en raison de la neige qui couvre les installations sportives de la région. Côté effectif, les dirigeants harrachis peinent pour renforcer leurs rangs pendant l’actuel mercato d’hiver. Seul Youcef Saïbi, ancien joueur de l’équipe, passé la saison dernière par la formation de Haï Djabel (division Amateur Centre) est venu effectuer des essais en vue de réintégrer l’USMH.

Publié dans Sports
Page 1 sur 6