Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : vendredi, 09 octobre 2015

A l’occasion d’une rencontre de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA) qui s’est tenue jeudi dernier à l’hôtel Mouflon d’or avec les secrétaires généraux des bureaux régionaux de cette union, le directeur de la Casnos, Achek Youcef Chawki, a assuré que les agriculteurs n’auront plus à payer leurs cotisations au mois d’avril comme avant.

« A cette période, les agriculteurs sont encore en pleine production. Ce qui rend difficile le paiement des cotisations, les bénéfices de leurs labeurs n’étant pas encore obtenus.
En septembre, en revanche, l’agriculteur, après le rendement, est à l’aise financièrement et peut donc payer plus facilement ses cotisations », a-t-il expliqué. En outre, l’agriculteur qui n’a pas procédé au payement des cotisations durant plusieurs années, bénéficiera d’un système de paiement échelonné établi par la Casnos pour payer les retards et les pénalités. A condition toutefois qu’il honore les cotisations de 2015. Mieux, le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Sid Ahmed Ferroukhi, présent à cette réunion, a annoncé l’élaboration d’un système de sécurité sociale spécifique aux agriculteurs.
« Sur instruction du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, un groupe de travail a été désigné il y a trois semaines pour étudier cette question, en prenant en compte les spécificités du métier agricole. Le fonds agricole de mutualité doit apporter son concours et être l’intermédiaire entre la Casnos et les agriculteurs », a-t-il signalé, en affirmant que toutes les dispositions d’application pour booster le secteur doivent être prêtes pour une mise en œuvre au début de l’année prochaine. Abordant la concession agricole, l’un des points forts de l’ordre du jour de cette réunion, le ministre a affirmé que la circulaire ministérielle relative à cette question facilitera les investissements à l’ensemble des agriculteurs et non à 70% seulement, comme c’est le cas aujourd’hui.
« Cette circulaire va définir les modes d’application dans la concession agricole. Il y a certaines mesures qu’on pourra faciliter et simplifier. Mais il ne sera pas question de modifier la loi. Nous allons nous réunir avec les secteurs concernés pour une meilleure compréhension de cette circulaire soumise au gouvernement », a-t-il expliqué. Le ministre a annoncé également la mise en place d’une banque agricole pour les petits agriculteurs et éleveurs, en particulier pour ceux qui n’ont pas les moyens d’élargir leurs productions ou même se déplacer pour constituer des dossiers pour l’obtention de crédits.
« Le Premier ministre nous a sommés ainsi que le ministère des Finances de prendre en charge les dossiers des petits agriculteurs et petits éleveurs, et ce, afin de répondre aux besoins de toutes les catégories de la communauté agricole. Les modestes producteurs de lait sont également concernés. Ils auront, entre autres, une aide pour l’achat de l’aliment du bétail », a-t-il assuré. Le président de l’UNPA, Mohamed Allioui, a signalé, pour sa part, la nécessité de faire un état des lieux du secteur agricole à la veille de la nouvelle saison agricole.
« On s’est réunis avec le Premier ministre et avec le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche pour définir les points forts et faibles du secteur. Malgré les difficultés, nous avons réalisé ces dernières années une croissance agricole importante que nous devons valoriser.
Il y a eu aussi extension des terres agricoles et des périmètres à irriguer. Mais d’un autre côté, nous avons la bureaucratie qui sévit toujours et des institutions qui ne sont pas contrôlées depuis 20 ans. Il est temps de définir les responsabilités », a-t-il estimé, en annonçant la tenue de réunions régionales autour du secteur pour une meilleure implication des acteurs locaux. 

Publié dans Der

Le bilan des pèlerins algériens ayant perdu la vie lors de la bousculade de Mina s’est encore alourdi. Trois nouveaux décès ont été enregistrés, selon un communiqué rendu public jeudi dernier par le ministère des Affaires étrangères, portant ainsi le nombre d’Algériens décédés lors de cet accident à vingt-huit.
Il s’agit de Ghazala Zohra née le 1er janvier 1953 à Constantine, Merazga Zine né le 14 avril 1962 à Guelma et de Bakhti Ahmed né le 5 août 1957 à Oued Assabah, wilaya d’Aïn Témouchent. Ces nouvelles victimes portent le nombre des décès à 28, alors que 18 autres hadjis sont encore hospitalisés, a précisé le ministère. « La cellule de crise du ministère des Affaires étrangères, en coordination avec celle du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, continue à suivre l’évolution de la situation de nos hadjis aux Lieux Saints, en contact permanent avec l’ensemble des équipes de la mission sur place et le consul général », conclut le communiqué du ministère des Affaires étrangères. En tout, au moins 1 200 hadjis ont péri dans la bousculade survenue à Mina (près de La Mecque) il y a 15 jours, selon les chiffres donnés par 28 pays, soit bien plus que les 769 décès officiellement annoncés par l’Arabie saoudite. Riyad n’a toujours pas fourni de décompte par nationalité des victimes de la catastrophe du 24 septembre dernier. Mais, selon un décompte de l’AFP à partir de chiffres officiels donnés par 28 pays, le nombre de morts atteignait 1 221 jeudi dernier. Les pays les plus touchés par la catastrophe sont principalement l’Iran avec 464 morts, l’Egypte avec 148 morts, l’Indonésie avec 120 morts, le Pakistan avec 76 morts, le Nigeria avec 64 morts, le Mali avec 60 morts, le Sénégal avec 54 morts et enfin l’Inde avec 51 morts. Des centaines de pèlerins sont, par ailleurs, toujours portés disparus depuis la bousculade lors du rituel de la lapidation symbolique de Satan à Mina, selon des gouvernements ou des commissions nationales du hadj. Ce nouveau drame vient s’ajouter à la tragédie qui avait déjà endeuillé le pays le 11 septembre, soit quelques jours seulement auparavant, avec la chute d’une grue sur le chantier d’agrandissement de la grande mosquée de La Mecque qui avait fait 109 morts et plus de 400 blessés. Le surnombre de fidèles qui accèdent au site par des tunnels et des voies suspendues ont provoqué par le passé des accidents. En 2006, plus de 360 pèlerins sont morts dans une bousculade. Un mouvement de foule similaire avait fait 244 morts et des centaines de blessés, déjà à Mina, en 2004. Le bilan le plus lourd remonte à 1990, quand 1 426 pèlerins sont morts dans un tunnel piéton bondé menant aux lieux sacrés de La Mecque. 

Publié dans Région

Plusieurs axes routiers sont coupés à la circulation dans les wilayas de Djelfa, Tlemcen et Naâma, suite aux fortes chutes de pluie enregistrées ces dernières 24 heures, selon un point de situation rendu public, hier, par les services de la Gendarmerie nationale. Ainsi, dans la wilaya de Djelfa, le chemin de wilaya (CW) 78 reliant Messaad à Laghouat, est coupé à la circulation, suite au débordement de Oued Boudrine. A Tlemcen, la route nationale (RN) 99 reliant Ghazaouet à El-Aricha, est bloquée à la circulation, suite au débordement de Oued Hassi Zarouki, de même que le CW 103 reliant El-Gor à Ras-El-Ma (Sidi Bel Abbes), qui demeure bloqué au niveau du point kilométrique (PK) 500+64 dans la commune d’El-Gor, suite à l’inondation de la chaussée. Dans la wilaya de Naâma, la RN 22 reliant Naâma à Tlemcen est bloquée à la circulation au niveau de la zone Sidi Belkacem, dans la commune de Kasdir, en raison du débordement de l’Oued Bouras. Dans la wilaya de Sidi Bel Abbès, l’oued Mekerra a commencé progressivement sa décrue, notamment au niveau de Sidi Lahcène(5 km à l’ouest de la ville de sidi Bel-Abbes), après les fortes pluies enregistrées dans la soirée du mercredi jeudi derniers. Par ailleurs, un bulletin météorologique spécial (BMS) émis par l’office national de météorologie annonce que des pluies assez marquées, parfois sous forme d’averses orageuses, continueront d’affecter, durant les prochaines échéances, les wilayas du centre et de l’est du pays. Les wilayas concernées par ce BMS sont : Béjaïa, Jijel, Skikda, Annaba, El-Tarf, Sétif, Bordj Bou-Arréridj, Mila, Constantine, Guelma, Souk Ahras, Batna, Oum El-Bouaghi, Tébessa, Khenchela et Biskra), le BMS demeure en cours de validité jusqu’à aujourd’hui 9h et les cumuls pourront atteindre ou dépasser localement 60 mm avec rafales de vent sous orages. 

Publié dans Der

Un important incendie qui s’est déclenché dans la nuit du jeudi à vendredi, au marché La Marine de Saïda, a endommagé 120 commerces et détruit une quantité importante de marchandises, a-t-on appris auprès des services de la protection civile. Sitôt l’alerte donnée, les pompiers se sont rendus sur place pour circonscrire l’incendie et éviter sa propagation. Ils ont également porté secours à six personnes accommodées par les fumées.
Les victimes ont été évacuées vers l’hôpital Ahmed Medghri pour recevoir les soins appropriés. Les services de la protection civile ont mobilisé d’importants moyens humains et matériels pour lutter contre l’incendie, éteint après trois heures de lutte acharnée. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes exactes de l’incendie, ajoute-t-on de même source.

Publié dans Der

Le groupe parlementaire d’amitié et de fraternité Algérie-Sahara occidental prendra part du 9 au 13 octobre à New York aux travaux de la séance d’audition organisée par la 4e commission chargée des questions politiques spécifiques et la décolonisation relevant de l’ONU, a indiqué, jeudi, un communiqué de l’Assemblée populaire nationale (APN).
Mme Bounab Saïda Brahem présidera la délégation qui interviendra sur le thème « Inviter la communauté internationale à assumer ses responsabilités à l’égard du peuple sahraoui qui lutte pour son droit à l’autodétermination conformément aux résolutions y afférentes ».
Sur un autre plan, on apprend que le premier ambassadeur sahraoui en Equateur, Salem Sidi Ali Zein, a remis ses lettres de créances au vice-président équatorien, Jorge Glas, en sa qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la de la République arabe sahraouie démocratique (RASD).
L’ambassadeur de la RASD a été récemment reçu au Palais présidentiel de Carondelet, en présence de Lautaro Pozo, représentant du ministre des Affaires étrangères équatorien, auquel le diplomate sahraoui avait auparavant présenté une copie de ses lettres de créances au siège du ministère des Affaires étrangères. Officiellement, l’Equateur avait reconnu la RASD le 14 novembre 1983, il y a plus de trente ans.

Publié dans Der

Il y a quelques mois, Michel Platini semblait avoir une bonne marge d’avance dans la course à la succession de Joseph Sepp Blatter à la tête de la Fifa, mais ces deux dernières semaines, le Français a perdu considérablement du terrain. Enormément même. Jeudi dernier, le comité d’éthique de l’instance suprême du football a tranché. Une suspension de 90 jours prononcée à l’encontre de Blatter, remplacé provisoirement par… Issa Hayatou, et du boss de l’UEFA ainsi que Jérome Valcke (ancien SG de la Fifa). C’est peut-être l’instant où tout a basculé pour « Platoche » qui risque de voir sa candidature pour l’assemblée élective extraordinaire, prévue le 26 février 2016, invalidée. La décision finale est attendue pour la fin du mois en cours.

Le flou et le chaos règnent au sommet de la structure qui gère les affaires du football universel. Si la suspension, motivée par un probable manquement au code d’éthique de la Fifa, est à titre conservatoire, ses retombées pourraient définitivement sceller la carrière post-footballistique de Michel Platini. Un bannissement de toute activité liée à la discipline pour les trois mois à venir est une tache qui risque d’être indélébile sur un CV qui semblait tellement propre. Juridiquement, cette mesure n’empêche pas l’ancien Tricolore de se porter candidat, lui qui avait déposé les parrainages requis mercredi dernier. Sa postulation devrait donc logiquement être étudiée, mais dans le contexte actuel, elle pourrait être rejetée. Dans ce registre, il faut savoir que la chambre d’instruction a le pouvoir de décision, mais il est fait sur la base d’un avis qui lui est fourni par la commission d’éthique. Or, si l’on se base sur les données du moment, on envisage mal l’obtention de l’aval. Pour de nombreux spécialistes, « la candidature du patron de l’Union européenne du football est morte jeudi ». En tout cas, l’emblématique numéro 10 de la Juventus de Turin a entamé sa bataille juridique en faisant appel de la décision jeudi. Quatre recours s’offraient à lui. Deux par voie interne (chambre de jugement de la commission d’étique ou la commission des recours de la Fifa) et deux autres externes (Tribunal arbitral des sports ou la justice suisse). On peut penser que, le temps juridique jouant contre lui, il aurait opté pour l’une des deux premières options beaucoup plus rapides. Reste qu’aucun de ces recours n’est suspensif.
Rude bataille pour le «Chevalier Bayard» du football
Le ciel s’est donc fortement assombri sur la tête de celui que de nombreux voyaient comme l’homme de la situation. Celui qui avait le charisme et les atouts pour faire oublier tous ces déboires de gestion et les affaires de corruption qui ont secoué la Fifa ces dernières années. Seulement, il se trouve que son nom est finalement cité dans le « Fifagate ». Une éventuelle autre épée de Damoclès qui menace l’empire du sport roi. Un nouveau danger potentiel que beaucoup voudraient écarter pour éviter de mauvaises surprises et scandales pour un avenir qu’ils veulent plus transparent. Les membres du comité exécutif de l’UEFA peuvent donc penser légitimement que la candidature n’est pas la meilleure pour l’Europe du moment qu’elle est plombée par ce nouveau coup de théâtre. La transaction financière, effectuée en février 2011 et estimée à 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros), au préjudice de la Fifa, en la faveur de celui qui garde - pour l’instant - un statut de témoin dans cette affaire, risque de compromettre tout un plan de carrière.
L’honnêteté et l’intégrité de Michel Platini sont plus que jamais menacées. Sa détermination est mise à rude épreuve et le prochain défi du « Frenchie » consiste à faire valoir son bon droit devant les juridictions compétentes. En attendant, il a respecté les termes de sa suspension en n’assistant pas à la dernière réunion du CE de l’UEFA, tenue jeudi, et annulant plusieurs voyages officiels prévus dans son agenda. Le futur politico-sportif du triple Ballon d’or (1983, 1984 et 1985) est conditionné par un passé récent qui peut lui être fatal. En tout cas, il a eu plus de chances que l’autre candidat à la présidence, Chung Mong-joon, suspendu 6 ans par le même comité ad hoc. Le Sud-Coréen est suspecté d’infractions dans le cadre de l’attribution aux pays hôtes des Mondiaux 2018 et 2022 et ne pourra officiellement pas prétendre à la présidence. Blatter aura emporté du monde dans ses valises.

Publié dans Sports

« En ces circonstances exceptionnelles, je reprends aujourd’hui, jeudi 8 octobre 2015, le poste de président de la Fifa, conformément aux articles 30, al. 6 et 32, al. 6 des statuts de la Fifa. J’occuperai cette fonction uniquement à titre intérimaire. Le congrès extraordinaire choisira le 26 février 2016 un nouveau président et je ne serai moi-même pas candidat à cette élection. Sachez qu’à compter d’aujourd’hui et jusqu’à la tenue de ce congrès extraordinaire, je m’engage pleinement à assumer cette tâche et consacrerai tous mes efforts à l’organisation, les associations membres, nos employés, nos précieux partenaires ainsi qu’aux supporters du monde entier. La Fifa reste pleinement engagée dans le processus de réformes, lequel a besoin du soutien et de l’adhésion du public. Nous continuerons de coopérer pleinement avec les autorités et de suivre l’enquête interne, quelles que soient ses conclusions. Le football n’a jamais joui d’une telle ferveur dans le monde entier et toute personne associée à la Fifa doit en être fière. » (Paru sur fifa.com le 8 octobre 2015)

Publié dans Sports

Une délégation de la Fédération internationale de football (Fifa) était en visite de travail jusqu’à vendredi à Alger, dans le cadre de la réalisation des programmes de développement pour la Fédération algérienne de football (FAF), a indiqué l’instance fédérale. « Durant son séjour à Alger, la délégation de la Fifa visitera le Centre technique national de la FAF à Sidi Moussa, ainsi que la Maison des ligues », a encore précisé la même source. Conduite par le responsable du développement Fifa pour l’Afrique, Zelkifi Ngoufonja, la délégation compte en son sein d’autres hauts responsables, notamment Laila Garga et Anne Noé. La délégation de la Fifa « tiendra une réunion de travail avec le président de la FAF, Mohamed Raouraoua », a fait savoir un communiqué de la fédération algérienne.

Publié dans Sports

Le sélectionneur de l’équipe nationale algérienne de football, le Français Christian Gourcuff, a mené un bras de fer avec la direction du club tunisien, le Club africain, qui a demandé, par l’entremise de son entraîneur, Daniel Sanchez, de libérer le défenseur central Belkaroui, et ce, pour lui permettre de disputer le match choc face à l’Espérance de Tunis. Ainsi, Gourcuff a fait valoir les droits des sélections quand il s’agit des dates Fifa et qui leur permet de garder leurs joueurs, même s’il s’agit d’un match amical. « L’entraîneur du Club africain, Daniel Sanchez, s’est entretenu avec le sélectionneur algérien, Christian Gourcuff, concernant l’éventualité de ne pas convoquer le défenseur algérien Hichem Belkaroui pour les deux matches de l’Algérie face respectivement à la Guinée (hier) et le Sénégal (13 octobre) à Alger, afin de lui permettre de jouer le match derby contre l’Espérance sportive de Tunis, prévu le 14 octobre », a indiqué une source proche du club, qui ajoute que le sélectionneur des Verts a prétexté qu’il aura besoin du défenseur pour les matches à venir de la sélection algérienne. Il faut dire que cela arrive assez souvent que les clubs employeurs de certains internationaux souhaitent disposer de ces éléments, surtout quand il s’agit de joueurs très importants dans leurs échiquiers, mais il appartient au sélectionneur de juger s’il peut oui ou non laisser partir son joueur, et dans ce cas, il est pratiquement impossible d’ouvrir une brèche, car tout club fera la même chose, surtout quand ils disputent des matches très importants. Il est clair donc que Gourcuff ne souhaitait pas créer un précédent, même si au fond il se peut qu’il ne lui fasse pas confiance pour ces matches amicaux, mais comme il le dira au coach du CA, il aura besoin de ses services dans un avenir proche.

Publié dans Sports

Plusieurs internationaux algériens, dont certains sont toujours en activité, à l’instar de Rafik Halliche et d’Essaïd Belkalem, ont pris part au premier regroupement du stage de formation pour l’obtention de la licence CAF C organisé par la FAF à l’INFS/STS d’Aïn Benian, a indiqué l’instance fédérale. Ce stage, auquel ont pris part également d’anciens internationaux, dont Madjid Bougherra, Karim Ziani ou encore Yacine Bezzaz, s’est clos ce jeudi en présence de la conseillère du ministre de la Jeunesse et du Sport, Mme Mounia Fetni, et du directeur technique national de la FAF, Toufik Korichi. Les participants à ce premier stage pour l’obtention de la Licence CAF C sont titulaires du diplôme 1er degré.

Publié dans Sports
Page 1 sur 6