Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Samir Tazaïrt

Le secteur des télécommunications est officiellement régi par une nouvelle loi, entrée en vigueur à la faveur de sa publication dans le Journal Officiel, le 13 mai dernier.

Commerce en ligne, paiement en ligne, hébergement dans le «Cloud»... autant de bouleversements à mettre à l’actif de ces deux dernières années mais passés quasiment inaperçus.
Jusqu’à demain, le ministre de l’Energie Mustapha Guitouni est à Sotchi, en Russie, pour prendre part à la 10e édition du Forum international de l’énergie atomique AtomExpo, qui a ouvert ses portes hier aux acteurs industriels et institutionnels de l’atomique.
La revalorisation des pensions de retraite pour l’année 2018 est maintenue et sera modulable avec des taux allant de 0,5 à 5%, en fonction du montant de la pension.
Depuis Sétif, où il rencontrait les représentants de la société civile et les cadres de la wilaya, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Noureddine Bedoui, est revenu sur le projet de délégation de service public qui sera soumis au gouvernement dans les semaines à venir.
Le Conseil de la monnaie et du crédit a décidé de renforcer le fonds d’indemnisation des épargnants. Les concernés verront leur compensation en ca de risque passer de 600 000 DA à 2 millions de dinars.
En 2017, l’Algérie a déboursé 5,2% de moins qu’une année plus tôt pour se fournir en armements et en équipements militaires, marquant de la sorte la première baisse de ses dépenses militaires depuis 2003.
Le Département du Commerce des Etats-Unis continue de considérer le marché algérien du médicament et des dispositifs médicaux comme infranchissable, et ce, en raison d’obstacles multiples, à leur tête les aspects liés au respect de la propriété intellectuelle et industrielle.
Quel sort pourrait réserver au système de santé national, et donc au malade, la réforme contenue dans l’avant-projet de loi sanitaire si elle venait à être votée ? Lorsque la question est posée au professeur agrégé Larbi Lamri, expert et spécialiste en économie de la santé, sans coup férir, il répond : «Aucun !»
L’avant-projet de loi sur la santé ne plaît décidément pas et son passage, depuis dimanche dernier, à l’Assemblée populaire nationale (APN) s’apparente davantage à un coup de force qu’à un impératif législatif au vu des critiques qu’il continue d’essuyer de la part des premiers concernés, les professionnels de la santé, et de ceux-là mêmes qui s’y penchent dans l’Hémicycle, les députés, principalement issus de l’opposition.
Page 1 sur 45