Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 12 août 2017 06:00

Rationalisation du commerce extérieur : Mesures intempestives et machine arrière

Écrit par Hakim Ould Mohamed
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’Association des banques et des établissements financiers (Abef) a adressé, jeudi, un nouveau courrier aux banquiers de la place dans lequel il leur a été demandé, non de suspendre les domiciliations bancaires, mais de lever l’embargo sur ce document préalable à l’opération d’importation. Plusieurs tonnes de produits alimentaires et non alimentaires sont actuellement

en souffrance dans les ports du pays, faute de documents mis sous embargo par les banques en réponse aux instructions de l’Exécutif qui consistaient à suspendre l’accès aux lignes de crédits au profit d’importateurs non attributaires de licences. Un grain de sable semble avoir grippé le dispositif des licences ; les banques auraient appliqué l’instruction du gouvernement à la fois pour les importations antérieures au dispositif de licences qu’aux produits concernés par les licences. Dit plus clairement, le dispositif des licences a été appliqué avec effet rétroactif, ce qui est une aberration administrative et bancaire, étant donné que des tonnes de consommables alimentaires et non alimentaires étaient déjà commandées, payées auprès des fournisseurs, voire en route vers les ports du pays avant même qu’ils soient inclus dans la longue liste des produits soumis au système des licences. Une mesure qui a fait sortir de leurs gonds bien des opérateurs, y voyant une aberration, voire une injustice. Et la polémique sur la gestion des opérations du commerce extérieur est ainsi relancée de plus belle. Le gouvernement se retrouve au cœur d’un débat sur ses mesures dites de rationalisation des importations. Il a fallu que la Présidence intervienne pour mettre un terme à l’anarchie qui y règne. Cet énième recadrage s’est traduit par une remise en cause de précédentes instructions du gouvernement demandant aux banques de bloquer tous les importateurs non attributaires de licences. L’Exécutif doit encore progresser en matière de codification et de gestion des opérations du commerce extérieur. Il était parti sur un objectif de réduire la facture d’importations de 10 à 15 milliards de dollars cette année. Face à la faible moisson constatée à l’issue du premier semestre, la pression sur les banques, l’administration économique et les opérateurs est montée d’un cran. Des instructions par-ci, des mesures administratives par-là, l’Exécutif semblait mener une guerre sans merci pour qu’à la fin de l’actuel exercice l’Etat puisse faire une économie de 10 à 15 milliards de dollars. Dans cette guerre contre les importations dites superflues, la confusion s’installait au fil des mille et une directives. Le gouvernement Tebboune était-il allé plus loin que ce qu’on lui a demandé au lendemain de son installation au Palais Docteur Saâdane ? Ou bien les banques ont-elles mal décrypté le message du gouvernement apporté par les différentes consignes adressées par le ministère du Commerce à l’Abef ? Les deux questions s’imposent eu égard à la confusion qui y prévaut. En tout cas, le ministère du Commerce a fini par admettre avoir commis un pas de danse raté. Sur instruction de la Présidence, ce département vient d’inviter les banquiers à lever l’embargo sur les documents d’importation concernant des milliers de tonnes de produits en souffrance dans les ports, et ce, après le recadrage politique qui a mis en difficulté le Premier ministre et son staff. Certains estiment, néanmoins, que ce recadrage anticipe un assouplissement de la politique de gestion des opérations du commerce extérieur, à l’heure où la situation budgétaire plaide pour une meilleure action de rationalisation qui puisse prendre en charge à la fois les impératifs financiers et les engagements internationaux du pays. Quoi qu’il en soit, la baisse de la facture des importations que le gouvernement souhaite concrétiser reste faible avec, au tableau, seulement près d’un milliards d’économies réalisées au premier semestre de l’année. Ce qui relance davantage le débat sur l’efficacité des mesures prises.

Dernière modification le vendredi, 11 août 2017 22:51

Laissez un commentaire