Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 10 octobre 2017 06:00

Réduction de l’offre pétrolière mondiale : Vers une rallonge de neuf mois pour l’Accord Opep/non-Opep

Écrit par Hakim Ould Mohamed
Évaluer cet élément
(1 Vote)

 

Il y a comme un consensus au sein de l’Opep et ses alliés non-Opep pour reconduire les accords de réduction de la production, à en croire le secrétaire général de l’Organisation, Mohammad Barkindo. par
A l’issue d’une rencontre tenue hier avec le ministre indien du Pétrole, Dharmendra Pradhan, à New Delhi, le secrétaire général de l’Opep a indiqué que le rééquilibrage du marché du pétrole était en cours et des mesures supplémentaires peuvent être nécessaires pour soutenir ce rééquilibrage.


A quelques jours d’une réunion cruciale, prévue en novembre à Vienne, les producteurs engagés dans un effort de limitation de l’offre pétrolière « devraient prendre d’autres mesures pour soutenir le rééquilibrage du marché en 2018 », a déclaré Mohammad Barkindo, faisant allusion à une éventuelle reconduction des accords conclus en novembre et décembre de l’année dernière. Ces accords portent sur une réduction de 1,8 million de barils par jour, partagée entre les membres de l’Opep, exception faite de la Libye et le Nigeria, et une dizaine de producteurs non Opep. Selon le SG de l’Opep, l’Arabie saoudite et la Russie dirigent actuellement des consultations entre l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et d’autres fournisseurs majeurs sur l’avenir de leur accord pour réduire la production pétrolière. Le pacte expire en mars et les producteurs de pétrole débattent de sa reconduction à une autre date dans l’année, a-t-il précisé sur sa lancée. Avant d’ajouter : « Il y a un consensus croissant sur le processus de rééquilibrage qui est actuellement en cours », mais pour soutenir ce rééquilibrage en 2018, a-t-il ajouté, « des mesures extraordinaires devront peut-être être prises pour rétablir la stabilité du marché sur une base durable ». Mohammad Barkindo s’est voulu néanmoins évasif sur la nature des mesures supplémentaires auxquelles il fait allusion.
Il n’a soufflé mot sur la question de savoir
 si la proposition principale, actuellement sur la table, qui consiste à reconduire de neuf mois les coupes de production, faisait objet des consultations menées par l’Arabie Saoudite et la Russie.

Discussions  algéro-russe
Le Venezuela a suggéré d’opérer des réductions plus importantes, mais cette proposition est jugée peu probable compte tenu des défis politiques que cela exige ; ceux de construire un consensus politique plus large qui nécessiterait d’âpres discussions. Mais tout porte à croire que la décision finale porterait sur la reconduction de neuf mois supplémentaires les accords de limitation de l’offre, soit jusqu’à fin 2018.
Le président russe, Vladimir Poutine, a indiqué la semaine dernière que son pays était ouvert à une prolongation des accords jusqu’à la fin de 2018. Son Premier ministre, Dmitry Medvedev, est à Alger pour discuter, entre autres, du partenariat entre les deux pays au sein des accords Opep et non-Opep. « La Russie et l’Algérie sont des exportateurs importants de gaz vers l’Europe. Ce fait nous aide à coopérer de manière concertée au sein des plates-formes internationales telles que le Forum des pays exportateurs de gaz, ou l’Opep s’il s’agit du pétrole.
La Russie apprécie grandement ce dialogue et les possibilités de trouver des compromis », estime le Premier ministre russe, dans une interview accordée à l’agence APS. Quoi qu’il en soit, à quelques jours de la réunion prévue le 30 novembre à Vienne, les 24 producteurs qui ont accepté de pomper moins de pétrole sont impatients d’accueillir d’autres participants dans l’accord, a déclaré également Mohhamad Barkindo, sans pour autant identifier les nouveaux arrivants possibles. « À l’heure actuelle, on ne parle pas d’une réunion extraordinaire » au-delà de la session prévue pour le mois prochain à Vienne, a-t-il dit.
Le marché est très sensible à cette éventualité de voir d’autres pays, éventuellement le Nigeria et l’Indonésie, impliqués dans l’effort de réduction de l’offre. Le marché réagirait beaucoup mieux à cette nouvelle qu’à une reconduction des accords jusqu’à la fin de l’année prochaine.

Dernière modification le mardi, 10 octobre 2017 00:45

Laissez un commentaire