Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

mercredi, 14 mars 2018 06:00

Le ministre français de l’Intérieur aujourd’hui à Alger : Antiterrorisme et immigration clandestine, Alger et Paris font le point

Écrit par Rabah Serradj
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Les questions de la lutte contre le terrorisme et l’immigration clandestine seront au cœur des discussions à l’occasion de la visite du ministre français de l’Intérieur Gérard Collomb à Alger aujourd’hui.


Ces fléaux dangereux qui menacent la sécurité dans la région font l’objet d’échanges permanents entre l’Algérie et ses partenaires du nord de la Méditerranée. Le ministre de l’Intérieur Noureddine Bedoui devrait à l’occasion expliquer à son invité l’approche de l’Algérie concernant ces problèmes, et les défis auxquels elle est confrontée étant une plateforme de passage de l’immigration clandestine.
M. Bedoui, qui avait déclaré que la lutte contre le phénomène des haraga doit être l’affaire de toute la société algérienne et pas seulement celle des autorités, considère ce sujet comme une priorité de l’Etat algérien. Pour lui, les institutions publiques seules ne peuvent éradiquer ce fléau qui fait plusieurs dizaines de morts chaque année. Noureddine Bedoui a récemment rappelé que la commission nationale chargée du dossier «avait pris des mesures strictes en vue d’éradiquer les réseaux criminels qui se livrent au trafic et à l’exploitation des femmes et des enfants sur notre territoire à des fins criminelles». La coopération entre Alger et Paris étant dense, l’échange d’informations pour une lutte commune contre le phénomène devrait s’accentuer. Pour Paris, il s’agira de « rappeler le partenariat étroit qui unit l’Algérie et la France, notamment sur les questions de sécurité et de lutte contre le terrorisme, ainsi que sur les enjeux migratoires ».


Efforts conjugués
La lutte contre les réseaux de trafiquants d’êtres humains fera l’objet également de pourparlers et d’échanges avec l’hôte français. Selon les chiffres du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), entre janvier et fin octobre 2017, plus de 6 000 Algériens sont arrivés illégalement en Europe par les routes de la Méditerranée. Entre juillet et septembre, les Algériens faisaient partie des cinq principales nationalités d’arrivants après la Syrie, le Maroc, le Nigeria et l’Irak. Le ministre français qui prépare une loi sur l’immigration dans son pays particulièrement controversée se rendra ensuite au Niger pour participer à une réunion internationale à Niamey. La lutte contre les réseaux de trafiquants de migrants engage plusieurs pays africains (Niger, Tchad, Mali, Burkina Faso, Mauritanie, Côte d’Ivoire, Guinée, Sénégal et Libye), mais également européens (Allemagne, Italie et Espagne). En ce qui concerne la lutte contre le terrorisme, les deux pays conjuguent leurs efforts dans le sécuritaire, et son corollaire politique. L’Algérie et la France pourraient notamment contribuer à accélérer la mise en œuvre de l’accord pour la paix au Mali. Les deux pays disposant de moyens pour lutter contre l’expansion terroriste dans le Sahel. Du côté d’Alger est remarqué un effort entrepris afin de lutter efficacement contre ce phénomène. Durant sa dernière visite en Algérie, le président de la commission africaine Moussa Faki Mahamat a exprimé la reconnaissance de l’UA à l’Algérie pour sa contribution jugée « remarquable » dans la lutte contre ce fléau, considérant que « l’Afrique a beaucoup à apprendre de l’expérience algérienne ».
Rappelons que début avril, sera organisée à Alger une réunion africaine de haut niveau sur la lutte contre le financement du terrorisme en Afrique. Il s’agit de tarir ces sources à leurs racines afin de limiter le champ d’action du terrorisme et affaiblir sa force de frappe. Enfin, à Nouakchott sera tenue fin mars à l’initiative de l’UA une réunion sur le Sahel pour favoriser une meilleure mise en cohérence des différentes initiatives en cours dans la région. 

Laissez un commentaire