Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
vendredi, 10 août 2018 20:04

Il a été inhumé hier au cimetière de Sidi Yahia : Mohamed Salah Yahiaoui, l’adieu à «l’homme de la sincérité»

Écrit par Aziz Latrech
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La dépouille mortelle du moudjahid et ancien membre du Conseil de la Révolution, Mohamed Salah Yahiaoui, décédé hier matin à l’hôpital d’Aïn Naâdja, à Alger, a été inhumée dans l’après-midi même au cimetière de Sidi Yahia, dans les hauteurs d’Alger, en présence des membres de la famille révolutionnaire, du gouvernement ainsi que des proches et amis du défunt.

Présent lors de l’inhumation, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, n’a pas manqué de s’attarder sur les vertus du défunt tant sur le plan de la résistance et du militantisme lors de la révolution algérienne que sur le plan du développement quand il occupait divers postes après l’indépendance, notamment au sein du parti du Front de libération nationale. Rencontré au cimetière, Tayeb El-Houari, figure de l’Organisation nationale des enfants de chouhada (Onec) a affirmé que « Mohamed Salah Yahiaoui était une grande figure de la révolution, c’est lui, en compagnie de Tahar Zbiri, qui a succédé à Ben Boulaid dans la wilaya I historique. Après l’indépendance, il a joué un grand rôle au niveau du parti FLN et en tant que membre du Conseil de la révolution. Ces dernières années, il s’est retiré volontairement de la scène politique pour se consacrer à ses écrits sur les événements qu’il a vécus ». L’ancien leader du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Aboudjerra Soltani, rencontré sur les lieux, a estimé qu’il est « important que notre génération et celles qui viendront n’oublient pas leur mémoire et connaissent les figures de la révolution comme le défunt Yahiaoui ». Parmi les figures politiques nationales, le président de l’Assemblé nationale populaire, Saïd Bouhadja, décrit le défunt comme étant « un homme de sincérité ». De son côté, le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbès, a indiqué dans une déclaration à la presse que le défunt « était un grand militant du parti et est resté membre du comité central du FLN », ajoutant que sous sa conduite, en tant que secrétaire général (1977-1979), le FLN avait connu un « renouveau ». D’autre part, l’ancien chef de gouvernement Mouloud Hamrouche a tenu à saluer la mémoire du défunt par sa présence, tout autant que le directeur général de la Sûreté nationale, Mustapha Lahbiri ou encore  le ministre de l’Intérieur Noureddine Bedoui. Natif de Ain El Khadhra, dans la wilaya de M’sila, Mohamed Salah Yahiaoui était l’un des premiers officiers de l’Armée de libération nationale (ALN), membre du Conseil de la Révolution entre 1965 à 1977, et du Comité central du Front de libération nationale (FLN). Il a rejoint le maquis en 1956, où il devient membre de l’état-major général dirigé par le colonel Houari Boumediène. Il sera à la tête de l’Ecole de Cherchell pendant 9 ans, de 1968 à 1977. En novembre 1977, il est chargé par le président Boumediene de reprendre en main le Parti (1977-1979). A la mort de ce dernier, il est un candidat potentiel à la succession, avant d’être écarté par l’Armée au profit du colonel Chadli Bendjedid.  Mohamed Salah Yahiaoui était, avec le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika, l’un des derniers membres en vie du « Conseil de la Révolution ».

L’hommage de Bouteflika au «brave compagnon d’armes»

D’ailleurs, le Président Bouteflika n’a pas manqué d’adresser un message de condoléances à la famille du moudjahid, décrivant un « brave compagnon d’armes et un fervent défenseur des principes et idéaux nobles ». « Le moudjahid, militant et cher ami, Mohamed Salah Yahiaoui, qui s’est engagé avec bravoure sur le champ de bataille, aux côtés des vaillants ayant longuement lutté dans les maquis et partout, sans jamais un jour baisser les bras ou montrer un signe de faiblesse, vivant en toute plénitude, altruistes de nature avec le sacrifice pour mode et le martyre comme aspiration », a écrit le président de la République. « L’indépendance fut arrachée après avoir payé un lourd tribut, les martyrs tombés au champ d’honneur, tandis que d’autres valeureux moudjahidine ont eu le mérite de contribuer à l’édification de l’Etat algérien moderne, dont le frère Mohamed Salah qui fut un modèle de sacrifice (...) En cette  douloureuse épreuve, je présente, à toute la famille de notre cher regretté, à ses proches ainsi qu’à ses compagnons d’armes, mes sincères condoléances et mes sentiments de compassion, priant Dieu Tout Puissant de les assister en cette triste circonstance, d’accueillir le défunt en Son vaste paradis et de lui accorder sa sainte miséricorde, a conclu le chef de l`Etat.

Laissez un commentaire