Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 11 octobre 2018 06:00

Elim. CAN 2019 (Groupe D, 3e j)/Les Verts affronteront demain (20h45) le Bénin dans l’antre blidéen : À Tchaker pour revoir la vie en rose Spécial

Écrit par Mohamed Touileb
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Revoilà l’Equipe nationale dans son fief fétiche. Au stade Mustapha-Tchaker (Blida), où elle n’a jamais perdu en 33 rencontres pour essayer de sortir de la spirale des contre-performances. Les Verts accueilleront, demain (20h45), le Bénin pour le compte de la 3e journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique de nations (CAN) 2019 prévue au Cameroun l’été prochain. Un match important pour prendre seule la première place  (4 points) de la poule «D» que l’EN partage avec son adversaire du jour.

Le nouveau sélectionneur des Fennecs, Djamel Belmadi, a tranché dès son arrivée. Son équipe doit retrouver sa citadelle pour entamer le processus de guérison d’une équipe en manque cruel de confiance. Et ce, malgré un potentiel énorme quand on voit les noms qui composent l’effectif de l’EN. Le déménagement au stade Chahid-Hamlaoui (Constantine) et l’enceinte du 5-Juillet 1962 (Alger) n’a en rien arrangé les choses. Les conséquences étaient immédiates avec des défaites face à la Zambie (0/1) dans la ville des Ponts suspendus du temps de Lucas Alcaraz et un revers historique infligé par le Cap-Vert (2/3) dans le temple olympique sous la coupe de Rabah Madjer. «L’idée de revenir à Tchaker c’était pour retrouver un stade qui nous a toujours souri, avec un public extraordinaire qui a vécu de belles soirées de l’histoire du football algérien.
Un stade où les joueurs se sentent bien. Cela ne veut pas dire qu’ils ne se sentent pas bien ailleurs, mais c’est là qu’ils ont eu ces résultats qui nous ont permis d’être ce qu’on est maintenant. Retrouver ce stade, qui était, pour moi, laissé à l’abandon, est une nécessité dans un premier temps», a argué Belmadi, mardi, lors de la conférence de presse animée au Centre technique national (CTN) de Sidi Moussa. Dans leur jardin de prédilection, où ils n’ont plus joué depuis le 11 juin 2017 (victoire 1 but à 0 face au Togo dans cette même campagne), les coéquipiers d’Islam Slimani, qui manquera ce premier match à cause d’un pépin physique, ne visent rien d’autre que la victoire contre des Béninois qui n’ont, à aucun moment, dominé l’Algérie.

Une bonne longueur d’avance pour nos Dz
Tous les indices prédisent un résultat positif pour «El-Khadra» qui a eu 6 fois le dernier mot face aux «Ecureuils» en 8 oppositions pour deux matchs nuls. Elle est donc invaincue contre cette sélection et tentera de confirmer cela dans le bastion de Tchaker où le «Club Algérie» a toujours affolé les compteurs. En 33 rencontres disputées dans la «ville des Roses», l’EN s’est imposée 28 fois et 5 scores de parité. Elle y a remporté 13 de ses 14 dernières. Exception faite pour ce couac contre le Cameroun (1/1) en ouverture des «qualifiers» pour le Mondial 2018. Une sortie à ne pas vraiment considérer tant les joueurs ont «fomenté» ce score pour obliger Milovan Rajevac à partir. Chose qu’ils avaient obtenue. A noter aussi que 4 des 5 matchs nuls étaient amicaux. La seule opposition officielle où l’Algérie avait été accrochée avait coûté la tête à Rabah Saâdane (1/1 face à la Tanzanie). C’était dans le cadre de la phase qualificative pour la CAN 2012 un certain 03 septembre 2010 juste près la participation au Mondial 2010 en Afrique du Sud. Toujours pour ce qui est des stat’, il faut savoir qu’il y a eu 9 «clean sheets» lors des 14 dernières productions à Tchaker. Au total, notre sélection a marqué 85 fois et vu ses filets trembler en 18 temps. En gros, à Blida, nos Dz sont injouables.

La victoire et rien d’autre !

Le coach de l’Equipe nationale le sait très bien, demain soir, tout autre résultat que le succès n’est pas admissible. «C’est vrai, c’est une double confrontation qui ne sera pas décisive, mais elle sera très importante. La seule pression que j’ai et que j’essaye de transmettre à mes joueurs est celle du travail.
Quand le travail est bien fait, on rentre sur le terrain pour gagner, sinon mes joueurs et moi ne ressentons aucune pression. La seule chose qu’on a c’est la détermination. On ne pense qu’à la victoire», a lâché Belmadi qui sait qu’il faudra vaincre et convaincre aussi. Même si le temps lui est restreint pour parler d’un projet de jeu. Il a ajouté : «Pour le Benin, je ne peux pas tout dévoiler maintenant, l’idée c’est évidemment d’imposer notre football, on veut jouer comme on souhaite le faire. Tout ne peut être parfait. Vous devriez savoir que le groupe ne se complètera qu’aujourd’hui (Ndlr : arrivées de Darflou et Taïder). Donc, réellement, je n’aurai que deux séances avant le match de vendredi.» Dans le camp adverse, il faut savoir qu’on ne vient pas en victime résignée. Les Béninois espèrent avoir un coup à jouer comme le note le gardien de but Fabien Farnolle. Le sociétaire de Yeni Malatyaspor (Turquie) assure que lui et ses compères se sentent tous «en superforme.
Le sélectionneur comptera certainement sur les éléments les plus en forme puisqu’il s’agit d’un match décisif et important. Nous allons faire notre possible pour être à la hauteur» en rappelant que «c’est un match de football où tout est possible. Nous avons une équipe, ce qui pourrait nous permettre de réaliser un bon résultat. On partage la première place avec la sélection algérienne, avec 4 points, ce qui veut dire que cette double confrontation est décisive». Après les déclarations, la place sera au terrain demain soir. Le rectangle vert rendra son verdict et nous permettra de savoir, un peu plus, si notre sélection a toujours la flamme sacrée dans son stade béni.

Laissez un commentaire