Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

mardi, 12 juin 2018 06:00

La FAF l’officialisera à l’issue d’une réunion extraordinaire du BF le 18 de ce mois : L’éviction de Madjer actée dans une semaine

Écrit par Mohamed Touileb
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Il n’y a quasiment aucun doute, Rabah Madjer ne sera pas sur le banc de l’équipe nationale lors de la prochaine sortie en septembre face à la Gambie. Si la Fédération algérienne de football (FAF) n’a pas encore communiqué à ce sujet, c’est parce qu’elle attend la tenue de la réunion du Bureau Fédéral (BF) pour officialiser, à l’unanimité, l’éviction du driver des Verts. Alors que la prochaine assemblée du BF était fixée au 24 du mois, elle sera avancée de 5 ou 6 jours pour remédier au cas Madjer. Par la suite, il sera question de lui trouver un successeur. Ça, en revanche, sera plus compliqué selon nos informations.


Le mot « extraordinaire » veut tout dire. La FAF veut certainement en finir le plus tôt possible avec le dossier Madjer. Surtout que ce dernier ne s’est pas résigné à rendre le tablier malgré la nouvelle humiliation (défaite 3 buts à 0) essuyée par la sélection face au Portugal il y a 5 jours à Lisbonne. Loin des rumeurs qui circulent au sujet du successeur de Lucas Alcaraz qui font état d’une rébellion au sein du vestiaire qui aurait réclamé sa tête, Kheireddine Zetchi, patron de l’instance fédérale, devra trouver une manière subtile pour annoncer la fin de collaboration avec le sélectionneur. En effet, le boss de la balle ronde Dz ne veut pas froisser Madjer en rompant unilatéralement le bail qui lie l’emblématique joueur du FC Porto à la FAF. Aussi, Zetchi attend de rencontrer ses proches collaborateurs pour se mettre d’accord sur la décision de se séparer du coach. Surtout que lui et son équipe de travail ne s’étaient pas vraiment concertés quand il a s’agissait de divorcer avec l’Espagnol Lucas Alcaraz. Cette fois, celui qui a remplacé Mohamed Raouraoua au siège de Dely Brahim ne veut pas agir seul. Surtout que son BF risque de s’en désolidariser en cas d’un prochain couac pour ce qui est du choix du technicien adéquat pour l’EN.

Madjer n’est pas victime d’une « Rajevac »

Oui, Madjer sera remercié. C’est strictement et uniquement à cause de ses résultats désastreux lors des sept mois d’exercice. Des bruits de couloir ont fait état d’une éventuelle rébellion de ses joueurs qui ne souhaiteraient plus travailler sous sa coupe. Un peu comme cela s’était passé avec Milovan Rajevac en septembre 2016. Une pure intox selon un cadre d’ « El-Khedra » qui s’est exprimé, sous couvert d’anonymat, dans les colonnes du quotidien spécialisé « Le Buteur ». « La situation que vit la sélection nous préoccupe tous. On sait que le peuple algérien est mécontent actuellement à la suite des mauvais résultats que nous enchainons, mais il est prématuré de parler de crise. C’est vrai que nous avons demandé à voir le président mais aucunement pour lui exiger le renvoi du sélectionneur national comme cela a pu être interprété», précise l’international « masqué » qui assure, dans la foulée, que « notre rôle se résume à faire nos matchs sur le terrain et s’entraîner. On n’a pas à s’immiscer dans les choix de la fédération. Il est vrai que la situation s’est aggravée et cela s’est répercuté sur nos résultats. On reste sur trois défaites consécutives et il fallait réagir. Ce que je peux vous dire c’est qu’à aucun moment nous n’avons demandé qu’il y ait du changement à la tête de la barre technique. On n’est pas là pour mettre à mal les entraineurs et on ne veut pas qu’on nous colle cette étiquette.» Par ailleurs, le « Fennec anonymous » pense que « la Fédération connaît désormais bien la situation. Nous, on a dit ce qu’on avait à dire, mais maintenant, c’est à la FAF de prendre ses responsabilités. Je le répète, on n’a pas exigé le départ de Madjer, mais les choses doivent changer. On ne peut pas continuer comme ça. On refuse d’être les boucs-émissaires comme à chaque fois. Si on vient en sélection à chaque fois, c’est pour défendre ses couleurs. Personne ne triche, je vous l’assure».

Le soutien (qui ne changera rien) de Fergani

Si le troisième passage de Madjer sur le banc du « Club Algérie » semble consommé sans que beaucoup de personne y prouvent de la compassion, Ali Fergani a décidé, patriotisme oblige, de venir à sa rescousse.
L’ancien capitaine et entraîneur  de l’Algérie a, d’abord, reconnu  que « c’est vrai aussi que contre le Cap-Vert et le Portugal on n’a pas été à la hauteur, mais ce n’est pas la fin du monde.
Il faut dire la vérité, la sélection doute depuis un bon moment, je veux dire bien avant l’arrivée de Madjer », rappelant qu’ « en pratiquement 2 ans, on a consommé 4 entraineurs, alors qu’il fallait miser sur 1 entraineur pour 4 ans, ce n’est pas normal ce qui se passe.»
Dans la foulée, il n’a pas hésiteé à réclamer un sursis pour l’inventeur de la talonnade arguant qu’« il faut laisser Madjer travailler.
Les matchs officiels arrivent et j’espère In ch’Allah qu’on va assurer notre qualification, maintenant si on constate que face à la Gambie ou lors des matchs qui suivent que le niveau de l’EN ne s’améliore pas, à ce moment-là il faut prendre les décisions avant qu’il soit trop tard.»
Fergani serait donc prêt à courir le risque de voir l’équipe nationale rater la présence lors la CAN 2019 en donnant une 2e chance à Madjer. A ce degré, ce n’est plus de la confiance renouvelée mais une balle qu’on risque de se tirer dans le pied.

Laissez un commentaire