Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
lundi, 11 juin 2018 16:55

Séminaire  sur l'addiction des enfants aux jeux vidéos : "Surveiller" et "accompagner" 

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Un séminaire  été organisé hier sur le thème de l’addiction des enfants aux jeux vidéos. Cette rencontre tenue à quelques jours de la célébration de la Journée mondiale de l’Enfant africain (17 mai)  est le second du genre depuis la mise en place en janvier depuis 2019 d’un comité intersectoriel chargé du dossier par le ministère de la santé.  L’initiative, rappelons-le, a été prise après le sursaut provoqué dans la société  par l’affaire dite de la « baleine bleue », ce jeu vidéo mortifère qui a fait des victimes par les enfants et les jeunes adolescents.

Pour le sous-directeur de la promotion de la santé mentale auprès du ministère de la santé,  l’addiction des enfants aux jeux vidéo est devenue une « préoccupation ». Elle figure dans le Plan national de la santé mentale,  précise le professeur Mohamed Chakali. Ce responsable a précisé que l’objectif du séminaire organisé hier  est dicté par « le devoir d’informer les élèves, leurs parents et les enseignants » sur les risques d’addiction aux jeux vidéos, sachant que l’enfant scolarisé « offre un cadre de sensibilisation extraordinaire » sur cette question.

Le professeur Chakali a ajouté qu’il s’agit de trouver « la limite à fixer entre les deux extrêmes que sont l’interdiction totale ou tout permettre » à l’enfant face aux jeux vidéos, notant que ce qui incombe au comité susmentionné est « la construction des messages » à adresser aux concernés.

Le jeu de la « baleine bleue », a-t-il rappelé, a été un « prétexte » pour réfléchir sur la question de l’addiction aux jeux vidéos d’une manière plus globale mais aussi à la consommation et à la dépendance à la drogue ainsi qu’au phénomène de la violence au sein de la société, avant de mettre l’accent sur l’importance de la communication et de l’information sur ces dangers.

Pour autant, il n’y a pas lieu de « diaboliser » ces jeux qui ne présentent pas que des inconvénients, a-t-il averti, recommandant aux parents de ne pas « surveiller et imposer des idées » aux enfants mais plutôt de les « accompagner ».

 

Laissez un commentaire