Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

Reporters - Filtrer les éléments par date : samedi, 10 janvier 2015

Le directeur du Centre de développement des énergies renouvelables (CDER), le professeur Noureddine Yassaa, a fait savoir, dans un article publié sur le Portail des énergies renouvelables, que «l’usage excessif et dangereux des produits pyrotechniques utilisés, chaque année, lors de la célébration de la fête du Mawlid Ennabaoui cause des dégâts très pesants sur la santé publique et sur la qualité de l’air». Il tire cette conclusion des mesures de routine de carbone suie ou «black carbone ou carbone noir » au niveau de l’observatoire atmosphérique du siège du CDER, sur les hauteurs de la capitale, à Bouzaérah, à 345 mètres d’altitude. Cet observatoire a enregistré «des concentrations anormalement élevées, dépassant 5 microgrammes par mètre cube d’air dans les nuits du vendredi 2 janvier et du samedi 3 janvier». C’est un chercheur au CDER, Merabet Hamza, qui a obtenu ces mesures grâce à un instrument de pointe «Aéthalomètre» qui est spécifique à la mesure des aérosols atmosphériques et plus particulièrement au suivi des concentrations de carbone suie à raison de chaque minute, explique le Professeur Yessa qui constate que «les niveaux atteints suite à l’utilisation des produits pyrotechniques durant les nuits de la fête du Mawlid Ennabaoui ont largement dépassé non seulement les niveaux régulièrement observés durant les autres périodes de l’année, mais aussi les normes en vigueur». Le carbone suie associé aux particules de diamètre inférieur à 2,5 micromètres est, selon la même source, bien connu pour ses «effets néfastes sur la santé humaine ; des inflammations du tractus, des maladies respiratoires et de cancer du poumon». Il estime que «ces mesures qui ne concernaient que le carbone suie indiquent que les niveaux des autres polluants toxiques seraient également importants durant cette période de célébration». Il tient, toutefois, à préciser que «les teneurs détectées dans l’observatoire de Bouzaréah, quoique assez élevées, sont de loin plus faibles que celles qui auraient été mesurées dans les quartiers populaires d’Alger et des grandes villes de notre pays». Dernièrement, le Pr Yessa a annoncé que le réseau d’observation climatique du CDER, baptisé CHEMS, qui signifie soleil, a été renforcé par l’acquisition d’un aéthalomètre, qui est un équipement spécifique à la mesure des aérosols atmosphériques et plus particulièrement le suivi des concentrations de carbone suie ou « black carbone ». Il permet des mesures en temps réel qui déterminent non seulement les teneurs de ce polluant particulaire et leurs évolutions diurnes, nocturnes, journalières, annuelles et pluriannuelles, mais aussi l’identification de leurs sources d’émissions vers l’atmosphère. Le CDER ne s’éloigne pas de sa mission liée directement aux énergies renouvelables. Son réseau d’observation CHEMS, qui existe depuis quelques années déjà, est destiné à mesurer le rayonnement solaire et les paramètres météorologiques, ainsi que les paramètres radiométriques et éoliens, qui ont une influence sur le fonctionnement des systèmes à énergies renouvelables, particulièrement. Mais c’est la première fois qu’un centre de recherche s’intéresse à l’impact sur l’environnement et en particulier sur la qualité de l’air lié à l’utilisation des pétards et autres produits pyrotechniques, dont la fabrication, l’importation et la vente sont interdites sur le territoire national. La sensibilisation a porté ces dernières années surtout sur les risques d’accidents et de brûlures, voire d’incendies, du fait de l’utilisation sans aucune précaution de ces produits qui prolifèrent à l’occasion du Mouloud.

Publié dans Environnement

Le procès de Shell devant la Haute Cour de Londres n’aura pas lieu. C’est finalement un arrangement à l’amiable qui a été trouvé entre la compagnie et la communauté nigériane Bodo au sujet des fuites de pétrole de 2008 qui ont provoqué une large pollution sur leur territoire. Shell était sous le coup d’une action en justice au Royaume-Uni. Elle a annoncé le 7 janvier qu’elle versait 70 millions d’euros (55 millions de livres sterling) à la population affectée. Une victoire saluée par Amnesty International. La compagnie pétrolière, traînée en justice par la communauté nigériane Bodo, victime de deux grandes fuites de pipelines appartenant à la firme en mai 2008, a préféré conclure un accord à l’amiable pour éviter de passer devant le tribunal anglais en mai prochain. Dans un communiqué, Shell annonce qu’elle leur versera 70 millions d’euros (55 millions de livres sterling) en compensation des pertes liées aux fuites de pétrole. 45 millions d’euros iront aux 15 600 victimes individuelles. Les 25 millions restants iront au bénéfice de la communauté Bodo qui vit principalement de la pêche et de l’agriculture. Shell a toujours reconnu sa responsabilité. Mais elle en a longtemps minimisé l’importance de la catastrophe. Ce n’est qu’en novembre dernier, sous la pression des ONG (organisations non gouvernementales) comme Amnesty International et de l’action en justice intentée par la communauté Bodo que Shell avait reconnu l’ampleur des fuites. A l’époque, celle-ci avait affirmé que 4000 barils s’étaient déversés, tandis que, à la suite d’une enquête réalisée en 2012, Amnesty a estimé la fuite à 100 000 barils. Et si Shell a revu à la hausse la quantité de pétrole déversée lors de ces fuites, elle n’a, à ce jour, toujours pas donné de chiffre précis.  «Nous avons toujours voulu dédommager la communauté équitablement et nous sommes heureux d’avoir trouvé un accord», a déclaré le directeur général de Shell Petroleum Development Company of Nigeria (SPDC), Mutiu Sunmonu, dans le communiqué d’annonce. L’accord permet aussi de lancer les travaux de nettoyage qui n’ont toujours pas été entrepris. Ils se dérouleront sous la supervision de l’ancien ambassadeur des Pays-Bas au Nigeria. Mais fidèle à son argumentaire principal de défense, la compagnie ajoute qu’« à moins que des mesures concrètes soient prises pour mettre fin au fléau du raffinage illégal – qui reste la principale cause de pollution de l’environnement et est la véritable tragédie du delta du Niger – les zones qui sont nettoyées seront de nouveau souillées par ces activités illégales». Pendant la procédure, Shell a reconnu qu’elle avait connaissance dès 2002 que la plupart de ses oléoducs étaient anciens et que certaines sections présentaient «un risque et un danger majeurs». Dans un document, Shell déclare même qu’un remplacement intégral des oléoducs était nécessaire en raison d’une corrosion étendue, affirme Amnesty. Pourtant, la compagnie « n’a pris aucune mesure » en ce sens, selon l’ONG. Dans un rapport publié en août 2011, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) prévoyait qu’il faudrait 25 à 30 ans pour dépolluer le delta. Depuis 50 ans, cette zone est le théâtre d’une pollution colossale, qui couvre la surface du Portugal, selon Amnesty. (Source : Agences)

Publié dans Environnement

Les propriétaires de véhicules polluants à Beijing bénéficient désormais de subventions plus importantes lorsqu’ils mettent au rebut leurs voitures, alors que la capitale chinoise a augmenté sa prime à la casse de 2000 yuans en moyenne (321,8 dollars), ont annoncé mardi les autorités de la protection de l’environnement. Selon le nouveau plan, les propriétaires ayant utilisé leurs voitures pendant plus de six ans et qui s’en débarrassent au moins un an avant la fin de leur durée d’utilisation conseillée peuvent toucher une subvention de 8000 yuans en moyenne. La subvention la plus élevée pour une voiture est de 8500 yuans, et celle pour un véhicule utilitaire lourd roulant au diesel est de 21 500 yuans. Cette offre sera valable en 2015 et 2016. Les propriétaires qui échangent leurs anciens véhicules pour des neufs toucheront une autre subvention. De vieilles voitures utilisées depuis plus de dix ans roulent encore sur les routes, a indiqué Li Kunsheng, un responsable du Bureau municipal de la protection de l’environnement de Beijing. « Elles sont la cible de nos travaux de surveillance de la pollution », a-t-il ajouté. Ceux qui ont mis au rebut leurs vieux véhicules à partir du 1er janvier sont éligibles. Les détails du plan seront prochainement annoncés. En 2015, la capitale chinoise ambitionne de réduire l’indice des PM2,5 de 5% et les émissions de dioxyde de soufre et d’oxydes d’azote de 6%. (Source : Agences)

Publié dans Environnement

Le Royaume-Uni veut minimiser le pouvoir de l’UE sur les mesures nationales contre le changement climatique. Au grand dam des eurodéputés et des défenseurs de l’environnement. En octobre, les États européens ont accepté de réduire leurs émissions de carbone de 40 % d’ici 2030. Depuis, le Royaume-Uni et la République tchèque ont cependant rédigé une proposition selon laquelle les réductions des émissions des États ne devraient être suivies que de loin par une Union au rôle diminué. Ce document, qui n’a pas été publié, place la compétitivité des entreprises au même niveau de priorité que la réduction des gaz à effet de serre. Il préconise également de donner le même statut au nucléaire et aux techniques expérimentales de captage et stockage du dioxyde de carbone qu’aux énergies renouvelables, comme les énergies éolienne ou solaire. « Il est très inquiétant que le gouvernement britannique s’efforce de mettre en place une réglementation européenne peu contraignante pour les objectifs pour 2030, estime l’eurodéputé Seb Dance dans un entretien accordé au Guardian. Dans le passé, le Royaume-Uni a été au premier rang de l’abandon du charbon dans le secteur énergétique, mais cela ne suffit pas, il faut combiner ces mesures au développement des énergies renouvelables et à des alternatives plus vertes. Ce document est une preuve supplémentaire, s’il en fallait, que le gouvernement conservateur a complètement abandonné l’idée de devenir le «gouvernement le plus vert de l’histoire». La proposition de Londres implique un transfert des compétences en matière de climat. Celles-ci relèvent actuellement de l’UE, qui peut poursuivre les États en justice s’ils ne remplissent pas leurs engagements. Le Royaume-Uni voudrait donc que ces compétences reviennent aux États, qui décideraient ainsi de la manière de mettre en œuvre les politiques générales européennes. «Le point de départ de notre réflexion est que le système de gouvernance devrait aider l’UE à coordonner les efforts déployés dans le but d’atteindre ses objectifs énergétiques et climatiques, tout en respectant la souveraineté des États membres», a déclaré un porte-parole du ministère de l’Énergie et du Changement climatique. Si cette proposition était mise en place, l’UE perdrait la possibilité de réagir en cas de non-application des politiques climatiques par les États. La Commission rendrait compte des progrès de l’ensemble du bloc devant les dirigeants européens tous les trois ans environ. Le Parlement européen serait quant à lui simplement exclu de l’équation. (Source : agences)

Publié dans Environnement

Au terme d’une réunion avec les responsables de la Sûreté nationale, qui s’est déroulée jeudi dernier, le premier responsable de la DGSN, Abdelghani Hamel, a fait part de sa « satisfaction » quant aux résultats des actions menées par la police durant l’année 2014. « Je suis satisfait sur tous les plans des résultats de l’année 2014, notamment en ce qui concerne la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes », s’est-il réjoui, indiquant que « le taux de couverture sécuritaire au niveau national dépasse les 75%, avec une moyenne d’un policier pour 350 habitants. Et nous comptons atteindre le taux de 100% à la faveur de la finalisation de deux plans de développement ». Dans ce sillage, il a précisé qu’il existe deux plans de développement pour la Sûreté nationale, qui « ne sont pas encore totalement finalisés » et qui visent à mettre en place, à travers tout le territoire national, des circonscriptions de sûreté de wilaya, urbaines et de daïra. Il n’a pas exclu l’éventualité d’un « plan d’action combiné » entre la Gendarmerie et la Sûreté nationales pour lutter avec davantage d’efficacité contre toutes les formes de criminalité, notamment dans certains nouveaux groupements résidentiels, et mettre en place des sites supplémentaires de sûretés urbaines dans des quartiers qui connaissent des extensions suite aux différents programmes de relogement. Concernant la violence dans les stades et les lieux publics, le directeur général de la Sûreté nationale a affirmé que « toutes les dispositions nécessaires » ont été prises pour lutter contre ce fléau qu’il a qualifié de « pathologie gangrenant la société algérienne ». « Nous avons commencé le retrait progressif de la police des stades pour laisser place à des stadiers, formés et qui devraient assurer la sécurité à l’intérieur des enceintes sportives », a-t-il relevé. Par ailleurs, en ce qui concerne la police, elle interviendra aux abords des stades et parfois même dans l’enceinte sportive, mais uniquement sur réquisition et en tant qu’autorité publique. Enfin, M. Hamel insiste sur la nécessité de poursuivre les efforts consentis pour « obtenir de meilleurs résultats dans le domaine sécuritaire » et a appelé les responsables de la sécurité à « mobiliser toutes les compétences et les capacités humaines en vue de poursuivre l’application des stratégies sécuritaires et de prévention de la criminalité ». Il a, en outre, mis l’accent sur « la nécessité de déployer davantage d’efforts pour assurer une formation de qualité aux éléments de la sûreté et s’adapter aux progrès enregistrés dans le domaine sécuritaire, afin de permettre aux policiers d’accomplir pleinement leur devoir, conformément à la loi et de promouvoir un service sécuritaire de qualité ».

La sécurité routière, le casse-tête chinois des autorités Le nombre d’accidents de la route recensés par les services de la Sûreté nationale au niveau des zones urbaines en 2014 a atteint 17 383 accidents ayant causé la mort de 828 personnes et blessant 20 717. Le DGSN a estimé qu’il s’agit d’une « équation très difficile à résoudre », soulignant que la police tente de mener des actions pour juguler ce phénomène. « Les statistiques sont alarmantes et la courbe est effectivement ascendante, malgré toutes les mesures prises et tous les moyens mis en œuvre », a-t-il déploré. En effet, le nombre de décès causés par les accidents de la route enregistrés en 2014 au niveau national se rapprocherait de celui de l’année 2013, qui est de 4 540 morts. Le facteur humain représente la principale cause des accidents de la circulation. Par ailleurs, sur le volet de la cybercriminalité, M. Hamel a assuré qu’il y a une prise en charge dans ce sens, précisant que la DGSN « dispose actuellement d’un effectif assez important ».

Publié dans Der

Quarante-quatre contrebandiers (42 Tchadiens, un Algérien et un Nigérien) ont été arrêtés durant les deux derniers jours par les éléments de l’Armée nationale populaire (ANP) à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam, a indiqué jeudi le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. Dans le cadre de la sécurisation des frontières et la lutte contre la contrebande et le crime organisé, des détachements des forces de l’ANP relevant  des secteurs opérationnels de Tamanrasset, de Bordj Badji Mokhtar et d’In Guezzam (6e Région militaire) ont arrêté 44 contrebandiers (un Algérien, un Nigérien, 42 Tchadiens), précise la même source. Lors de ces opérations, trois véhicules tout-terrain, un camion, une moto, 18 appareils de détection de métaux, deux marteaux piqueurs, un téléphone satellitaire, six tonnes de denrées alimentaires, une quantité  de carburant estimée à 1200 litres et d’autres objets ont été saisis, ajoute le communiqué. A In Guezzam, huit autres contrebandiers (six Tchadiens et deux de nationalité nigérienne) ont été également arrêtés jeudi par un détachement des forces de l’ANP, a-t-on indiqué hier. Par ailleurs, un détachement des forces de l’ANP relevant du secteur opérationnel Nord-est d’In-Amenas (4e Région militaire) a intercepté, jeudi, dans la localité frontalière de Tarat, un véhicule touristique en provenance de la Libye, à son bord deux personnes de nationalité algérienne, en leur possession une somme d’argent en monnaie nationale s’élevant à 583 255,00 DA, ajoute le communiqué du MDN. D’autre part, des détachements des forces de l’ANP relevant des secteurs opérationnels de Djanet, In Amenas et El Oued (4e Région militaire), au cours de différentes opérations menées les 6 et 7 janvier 2015, ont arrêté 8 personnes (3 Algériens et 5 immigrants clandestins de nationalité nigérienne) et saisi une voiture touristique, un véhicule tout-terrain, un pistolet automatique avec chargeur, des téléphones portables, une importante somme d’argent en monnaie  nationale, libyenne et nigérienne et plus de 480 litres de carburant destinés à la contrebande.

Publié dans Der

L’association algérienne d’alphabétisation, Iqraa, a organisé, avant-hier au palais de la culture Moufdi-Zakaria, à Alger, une conférence sur « l’importance du statut d’utilité publique dans le renforcement des capacités du mouvement associatif ». Un événement organisé à l’occasion de la Journée arabe d’alphabétisation, qui coïncide avec le 8 janvier de chaque année. Une journée choisie par la Ligue arabe en 1966 pour lutter contre l’analphabétisme. « L’Algérie ne compte aujourd’hui que 14% d’analphabètes, alors qu’en 1962, ils étaient plus de 80% », a déclaré la présidente de l’association Iqraa, Mme Aïcha Barki, lors de son allocution d’ouverture. « Depuis sa création, Iqraa a contribué à alphabétiser plus de 1 681 000 citoyens, dont 1 543 906 femmes. » D’autre part, Aïcha Barki a lancé un appel aux autorités, leur demandant de reconnaître à son association sa fonction d’utilité publique. Elle informe, en outre, que son association, structurée à travers le territoire national, est présente dans plus de 1 300 communes, sur les 1 541 que compte le pays, et ils sont 4 400 alphabétiseurs et formateurs à l’encadrer. Les efforts de ladite association sont reconnus localement, mais aussi par les institutions internationales, à l’instar de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), qui a choisi Iqraa pour lui attribuer le prix Unesco-Confucius d’alphabétisation de l’année 2014 pour son programme sur l’alphabétisation, la formation et l’insertion des femmes-Afif. Pour ces raisons, Mme Benhabiles, présidente du Croissant-Rouge algérien (CRA), dénonce le fait qu’une association telle qu’Iqraa soit obligée de supplier pour avoir la qualité d’une association d’utilité publique, tandis que d’autres associations bénéficient de ce statut et n’ont servi à aucun moment le pays. D’autre part, l’intervenante a appelé les pouvoirs publics à faire le tri entre 1 030 associations et fondations pour identifier celles qui font le travail qu’elles sont supposées faire et celles qui ne le font pas. Lamine Bechichi, ex-ministre de la Communication, reconnaît que l’ignorance est un fléau qu’il faut éradiquer, en précisant que « l’Allemagne s’est réjouie toute entière en célébrant avec son chef Hitler une grande fête suite au décès du dernier analphabète en 1936 ».

Publié dans Der

L’immigration clandestine des Algériens en Espagne se poursuit, en dépit de la crise économique sévère qui frappe ce pays de la zone euro. Selon des données fournies par la Croix-Rouge et la police espagnoles, 48 Algériens sont entrés sur le territoire espagnol d’une manière illégale au cours des quatre derniers mois de l’année écoulée. Parmi ces personnes figurent des femmes et des enfants. Ce chiffre, précisons-le, n’inclut par les personnes qui ont échappé aux contrôles et qui n’ont pas sollicité l’aide de la Croix-Rouge espagnole. Au total, 347 immigrés, pour la plupart d’Afrique subsaharienne, ont tenté de traverser illégalement les frontières espagnoles durant le dernier trimestre de l’année dernière. Durant cette période, 71 immigrés sont entrés en septembre, 135 en octobre, 93 en novembre et 48 en décembre. Les services de sécurité espagnols arrêtent de un à quatre candidats à l’immigration par jour. La même source précise que le centre d’accueil de Melilla se trouve dans une situation de surcharge. Il accueille 593 immigrés, alors qu’il est conçu pour héberger 512 personnes. Notons que 16 Algériens ont été arrêtés par les gardes côtes espagnols cette semaine. Ils sont partis de Mostaganem. Au départ, ils étaient 21 ; 5 ont péri en mer quelques heures après le départ.

Publié dans Der

Le match entre Algériens et Marocains a été très disputé et les Verts ont eu le dernier mot grâce à leur détermination et à un fervent public qui les a soutenus jusqu’au bout. La sélection algérienne de basket-ball messieurs a remporté sur le fil une deuxième victoire au tournoi de qualification pour le championnat d’Afrique des nations (Afrobasket-2015) des pays de la Zone 1, en s’imposant d’un point devant le Maroc (81-80), jeudi à la salle Harcha (Alger). Dans un match disputé de bout en bout, qui a vu le score changer de leader à huit reprises, le premier quart-temps a tourné à l’avantage des Algériens, menés par un grand Mohamed Harrat (28 points, 10 rebonds) sur le score de 26-24. Au 2e quart-temps, le Cinq algérien, en manque de réussite sur les tirs extérieurs, a pu s’appuyer sur le secteur intérieur avec notamment un bon passage du pivot Mohamed Touati (16 points). Avant de rejoindre les vestiaires, l’Algérie a pris un avantage de 8 points au tableau d’affichage (42-34). Dans le 3e quart-temps, les Marocains, grâce à une bonne défense et des paniers à trois points, ont pu refaire leur retard et revenir à un point (65-64). Le dernier quart-temps du match, durant lequel les deux équipes sont restées au coude-à-coude, a été marqué par beaucoup de pertes de balle des deux côtés, et par de l’engagement physique au détriment d’un jeu organisé. Les Algériens ont continué à s’appuyer sur le jeu intérieur en donnant la balle au duo Harrat-Touati, ce qui a permis à l’Algérie de garder un léger avantage au score jusqu’au coup de sifflet final (81-80). L’entraîneur de la sélection nationale, Ali Filali, s’est montré satisfait de cette courte victoire, tout en avouant que la mission sera plus difficile au Maroc, lors du tournoi retour. « Je pense que nous méritons cette victoire, nous avons mené tout le long du match. Les joueurs ont mis en application une bonne défense. Malheureusement, nous avons manqué de réussite aux tirs extérieurs », a déclaré le coach national. « Maintenant, il faut apprécier ce succès à domicile, avant d’enchaîner avec une bonne préparation pour le tournoi retour au Maroc, pour essayer de corriger nos lacunes », a-t-il ajouté. De son côté, l’entraîneur du Cinq marocain, Saïd El Bouzidi, a estimé que la sélection algérienne, qui a évolué à domicile, était plus motivée pour remporter cette rencontre. « Comme prévu, c’était un match difficile face à une bonne équipe algérienne qui a su utiliser ses points forts. Nous sommes revenus au score en fin de match, mais les Algériens ont su gérer leur avance », a expliqué El Bouzidi. « Pour le tournoi retour, ce sera une autre paire de manches, nous allons bien nous préparer pour ce rendez-vous qui se déroulera au Maroc. Nous devrons nous imposer par un écart supérieur à un point pour arracher la qualification », a-t-il conclu. A l’issue de ce tournoi (aller), l’Algérie occupe la première place avec 4 points, devant le Maroc (3 points) et la Libye (2 points). Ce tournoi des éliminatoires se déroulera en aller et retour, sous forme de championnat, avec la participation de l’Algérie, de la Libye et du Maroc. Le tournoi retour aura lieu dans un mois au Maroc. Douze sélections seront qualifiées pour l’Afrobasket-2015, en plus du pays organisateur (Tunisie) et du tenant du titre (Angola), et onze équipes seront qualifiées pour les jeux Africains (Congo-2015).

Publié dans Sports

Les Verts devraient effectuer une séance d’entraînement à l’heure du match cet après-midi à 18h, avant de rencontrer demain la Tunisie pour un dernier match amical, avant la CAN-2015. Le coach national, le Français Christian Gourcuff, a passé la vitesse supérieure lors de ce stage qui se déroule depuis près d’une semaine au Centre des équipes nationales de Sidi Moussa. Ainsi, et après s’être suffi d’une seule séance, le coach a programmé deux séances pour jeudi dernier, avant de baisser le rythme pour les deux derniers jours, soit hier et aujourd’hui, avant le match amical face à la Tunisie, prévu demain, dimanche, au stade Radès de Tunis. Tous les joueurs sont présents à l’entraînement, ce qui a rassuré le coach, qui craignait les blessures à quelques encablures du rendez-vous continental qui reste important pour l’EN, qui souhaite faire bonne figure et aller le plus loin possible. A noter que le déplacement à Tunis est prévu dans l’après-midi et s’effectuera à bord d’un avion spécial de la compagnie nationale. Une fois sur place, les Verts effectueront une séance d’entraînement à l’heure du match, c’est-à-dire à 18h, ce qui devrait permettre aux coéquipiers de Bougherra de s’adapter avant le match-test. Les hommes de Gourcuff reprendront la préparation le mardi 13 janvier avec une séance prévue à 16h30. Deux autres entraînements sont au programme de l’Equipe nationale, les 14 et 15 janvier, avant de se rendre en Guinée équatoriale dans l’après-midi du 15 janvier à bord d’un vol spécial de la compagnie Air Algérie. La Fédération algérienne de football (FAF) a prévu, avant le départ de la délégation pour la Guinée équatoriale, une zone mixte pour la presse au niveau du salon de l’aéroport Houari-Boumediene.

L’EN à la 18e place Sur un autre volet, l’EN algérienne a entamé l’année 2015 à la 18e place de la première édition du classement mondial de la Fifa, publié jeudi par la Fédération internationale de football et dont le haut du tableau reste inchangé et dominé toujours par les champions du monde allemands. L’Algérie, qui n’a pas disputé de matches depuis sa défaite face au Mali (2-0) en qualification de la CAN-2015, conserve donc sa 18e place, qu’elle occupe depuis novembre 2014. Au niveau africain, les Verts restent la puissance n°1 du continent avec 948 points, devant la Tunisie (22e, 867 points). La Côte d’Ivoire (28e, 833 points) complète le podium. Les trois adversaires de l’Algérie à la CAN-2015 en Guinée équatoriale se maintiennent à leurs places. L’Afrique du Sud, premier adversaire des Verts, est à la 52e position, le Ghana (37e) et le Sénégal (35e).

Publié dans Sports
Page 1 sur 6