Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 13 juin 2018 06:00

Affaire du refoulement des produits agricoles exportés : Le ministère de l’Agriculture écarte la piste des pesticides

Écrit par Adlène Badis
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les raisons du refoulement des produits agricoles depuis le Canada et la Russie ne sont pas d’ordre phytosanitaire, a réagi lundi le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche.


« Les cas cités récemment dans la presse concernant des marchandises de dattes et de pommes de terre n’ont pas été refoulées depuis le Canada et la Russie pour cause phytosanitaire », a précisé le ministère comme pour répondre à certaines sources qui avaient imputé ce blocage des marchandises agricoles à un déficit d’ordre phytosanitaire. Des insinuations ont été émises, notamment sur l’usage inconsidéré de produits pesticides qui aurait rendu la marchandise inapte à la consommation.
Ce qui a fait réagir le ministère de l’Agriculture. Le directeur de la protection des végétaux et des contrôles techniques auprès de ce ministère, Khaled Moumen a confirmé que des procédures de contrôle ont été effectuées au préalable par des laboratoires nationaux qui ont démontré que les normes phytosanitaires avaient bien été respectées. Ce responsable a imputé cette situation au non-respect de certaines règles de la part de l’exportateur. « Selon les dernières investigations, il s’agit d’un exportateur privé qui n’a pas respecté la chaîne de froid en n’ayant pas utilisé le conteneur frigorifique. Ce qui a provoqué la multiplication de nombre d’insectes dans les dattes exportées ».
Le même responsable a quantifié la quantité de la marchandise refoulée à 18 tonnes de dattes exportées vers le Canada entre septembre et octobre 2017. Le ministère du Commerce, pour sa part, a ordonné de récolter des informations sur cette affaire qui commence à mettre dans l’embarras la sphère de l’agriculture et celle du commerce, les deux départements concernés. Le ministre du Commerce a ouvert une enquête sur les raisons « véritables » de cette affaire et promis de prendre les mesures qui s’imposent.
Encadrer les opérations d’exportation
Le ministère de l’Agriculture, de son côté, a affirmé qu’il est de son rôle d’encadrer les opérations d’exportation des produits agricoles en « veillant à ce qu’ils répondent aux normes phytosanitaires exigées par le pays d’importation ».
« Dans ce cadre, nos services phytosanitaires ont simplifié les procédures de contrôle en réalisant des prélèvements des échantillons sur sites au niveau des plates-formes d’exportation des wilayas exportatrices afin que la marchandise soit admise directement au niveau de point de sortie (port ou aéroport) où le certificat phytosanitaire d’exportation est établi », note le ministère. Dans le cas où les produits sont jugées « non conformes » à l’arrivée « une notification parvient systématiquement à nos services » dans laquelle le pays importateur évoque un non-respect des normes en vigueur. Les deux ministères semblent indirectement se rejeter la responsabilité dans cette affaire qui suscite moult polémiques. Le ministère de l’Agriculture a révélé que durant l’année en cours, « les seules notifications notées » ont concerné « deux opérations d’exportation de pattes et de boisson gazeuse expédiées vers le Canada qui a décidé leur refoulement pour cause de non-traitement des palettes en bois conformément à la norme internationale 15 relative au traitement de bois d’emballage et non pour des raisons phytosanitaires ». D’un autre côté, le ministère a tenu à souligner que « tous les produits importés (végétaux et pesticides) font l’objet d’analyses systématiques par les services phytosanitaires aux points d’entrée et à ce titre une quantité de 16 tonnes de pesticides a été refoulée à ce jour en 2018 pour non-conformité contre 46 tonnes en 2017 ».
Le ministère a dressé enfin le bilan des exportations arrêté au 31 mai 2018. Plus de 15 produits ont été exportés pour un volume de près de 45 000 tonnes contre 34 000 tonnes exportées en 2017. Les dattes demeurent toujours le produit le plus exporté.

Laissez un commentaire